Accueil Monde Europe

Variant Omicron: que sait-on déjà, quelles sont les inconnues?

L’Organisation mondiale de la santé l’a classé vendredi comme « préoccupant ».

Temps de lecture: 2 min

Des chercheurs sud-africains ont découvert un nouveau variant du coronavirus, Omicron, avec un nombre de mutations inhabituellement élevé et qui serait très transmissible, provoquant une panique mondiale et l’annulation de nombreux vols internationaux.

L’Organisation mondiale de la santé l’a classé vendredi comme « préoccupant ».

Les scientifiques travaillent 24 heures sur 24 pour le disséquer et tenter de comprendre son comportement. Voici une brève explication de ce que l’on sait, à partir d’éléments partagés par les chercheurs sud-africains.

Origines

On ignore actuellement d’où provient ce variant mais des chercheurs sud-africains ont été les premiers à annoncer cette découverte le 25 novembre. À cette date, des cas avaient été détectés à Hong Kong et au Botswana. Un jour plus tard, Israël et la Belgique ont suivi.

Mutations

Le 23 novembre, les chercheurs découvrent un nouveau variant présentant une « constellation très inhabituelle de mutations ». Certaines sont connues, beaucoup d’autres sont nouvelles.

Il présente « le plus grand nombre de mutations que nous ayons vues à ce jour », explique à l’AFP Mosa Moshabela, professeur et chargé de recherche et d’innovation à l’université du KwaZulu-Natal. « Certaines ont déjà été observées, comme dans le Delta et Beta, d’autres nous sont inconnues (…) et nous ne savons pas comment cette combinaison de mutations se traduira ».

Dans la protéine spike, clé d’entrée du virus dans l’organisme, les chercheurs ont observé plus de 30 mutations, une différence marquée par rapport aux autres variants préoccupants.

Transmissibilité

La vitesse à laquelle augmentent les nouveaux cas quotidiens de Covid en Afrique du Sud, dont une majorité sont déjà liés à l’Omicron, fait penser qu’elle pourrait être due à la transmissibilité du nouveau variant.

Le taux de positivité quotidien de Covid a augmenté rapidement cette semaine, passant de 3,6 % mercredi à 6,5 % jeudi puis 9,1 % vendredi, selon les données officielles.

« Certaines des mutations qui sont exprimées ont précédemment montré qu’elles permettaient au virus de se propager facilement et rapidement. Pour cette raison, nous soupçonnons que le nouveau variant va vite se propager », explique le professeur Moshabela.

Immunité et vaccins

À en juger par certains cas de réinfections, « plus nombreux que lors des vagues précédentes », il est possible que le variant échappe à l’immunité, selon M. Moshabela, qui fonde ses observations sur les toutes premières données.

Cela pourrait réduire l’efficacité des vaccins, dans une mesure qui reste à déterminer.

Gravité de la maladie

C’est la grande inconnue. Le variant n’est détecté que depuis une semaine, ce qui laisse bien trop peu de temps pour déterminer cliniquement la gravité des cas d’Omicron.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 27 novembre 2021, 17:01

    Les deux caractéristiques principales de M. Pe(e)ters, c'est qu'il n'aime pas la contradiction, et qu'il adore faire réagir à ce qu'il dit, ça le gonfle d'importance. Dans le passé, il y a 18 mois, il réagissait, mais quand on le contredisait dans la médiocrité de son raisonnement, il essayait de ratiociner: alors, acculé, il était bien obligé de capituler. Aujourd'hui, il a trouvé plus efficace: pilonner de nouvelles les plus provocantes ou ignobles possibles, dont il sait qu'elles vont faire réagir, puis surtout ne plus répondre -il est vite ridiculisé-. Ensuite, repartir sur une nouvelle salve de monstruosités. Un comportement particulièrement immature.

  • Posté par Bouko Christian, samedi 27 novembre 2021, 21:18

    A le suivre on pourrait croire que la planète est devenue un immense "charnier de Timisoara"

  • Posté par Peeters PR, samedi 27 novembre 2021, 16:30

    Tout comme pour les précédents épisodes d'hystérie-19 fomentés par la classe dirigeante, il n'y a aucune raison statistique de s'inquiéter de cette nouvelle souche, qui est l'une des plus de 100 000 mutations du coronavirus. La «nouvelle souche» n'a pratiquement produit aucun cas confirmé en laboratoire, mais un récit de panique a déjà été semé dans le public. Le Royaume-Uni en particulier a poussé la peur à de nouveaux niveaux. Le pays a déjà ajouté plusieurs pays africains à sa liste d'interdictions de voyager, citant la nouvelle souche. https://dossier.substack.com/p/nu-variant-hysteria-originated-with

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 27 novembre 2021, 21:48

    M. Massacry, dans le "cas" de <Peeters Rat>, on peut même parler "d'avancer à museau découvert"...

  • Posté par Esquenet Alexandre, samedi 27 novembre 2021, 18:52

    "À en juger par certains cas de réinfections, « plus nombreux que lors des vagues précédentes », il est possible que le variant échappe à l’immunité," Avec un peu de chance vous vous le re-chopperez.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs