Accueil Société

Coronavirus: les premiers symptômes connus du variant omicron

En Afrique du Sud, ce sont surtout des personnes jeunes qui ont été contaminées par le nouveau variant du coronavirus.

Temps de lecture: 2 min

Les personnes infectées en Afrique du Sud par le nouveau variant du coronavirus omicron ne sont pas gravement malades pour l’instant, même si la recherche reste limitée à ce stade. C’est ce qu’a rapporté la présidente de l’Association des médecins sud-africains, Angélique Coetzee, sur la chaine britannique BBC.

« Les patients se plaignent surtout d’avoir les muscles endoloris et de fatigue, une fatigue extrême », a-t-elle déclaré. On le voit au sein de la jeune génération, pas chez les personnes âgées. » Ce variant ne nécessiterait pas une hospitalisation immédiate des patients.

« Ce dont nous devons nous inquiéter maintenant, c’est que lorsque des personnes plus âgées et non vaccinées seront infectées par ce nouveau variant, elles risquent de développer une forme grave de la maladie », a ajouté Angélique Coetzee.

Par ailleurs, si jusqu’ici les symptômes se révèlent plutôt inhabituels, ils sont cependant bénins, a-t-elle encore précisé au quotidien d’information britannique Telegraph.

M. Coetzee serait le premier médecin sud-africain à avoir alerté les autorités sur l’existence de ce nouveau variant le 18 novembre. Elle avait été interpellée par les symptômes plutôt inhabituels présentés par certains de ses patients. Ces derniers se plaignaient, en effet, d’une extrême fatigue mais n’évoquaient pas la perte du goût ou de l’odorat. « Leurs symptômes étaient tellement différents et plus légers que ceux auxquels j’avais été confrontée auparavant », a-t-elle rapporté.

A ce jour, seuls 24 % des citoyens ont été entièrement vaccinés en Afrique du Sud.

Retrouvez les derniers grands titres de l'actualité ICI sur www.lesoir.be

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Martin Roland, dimanche 28 novembre 2021, 16:43

    D'une vague à la suivante, les populations n'avaient pas été affectées de la même manière lors de la grippe espagnole. D'abord les anciens puis les adultes dans la force de l'âge. Ou l'inverse ? N'ayant pas de vaccin à disposition, on estime que cette pandémie a causé des dizaines de millions de décès. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il en serait actuellement si nous n'avions pas cette parade vaccinale que la médecine moderne nous a mise à disposition !

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 28 novembre 2021, 16:06

    TG Pe(e)ters

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko