Accueil Société

Coronavirus: le traité pandémie de Charles Michel dépasse les réticences américaines

Les Etats-Unis voulaient éviter que les pays de l’OMS décident d’emblée que le futur traité sur les pandémies soit un instrument contraignant. Ils ont changé leur fusil d’épaule juste avant l’ouverture de l’Assemblée mondiale de la santé, cette semaine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Il était moins une, dimanche, à la veille de l’ouverture de la session extraordinaire de l’Assemblée mondiale de la Santé où doit être validé le mandat de négociation sur un traité international sur les pandémies, une idée lancée par Charles Michel, président du Conseil européen. Les Etats-Unis se sont finalement fait à l’idée que le mandat de négociation précisera d’entrée de jeu que l’outil pourra bien être juridiquement contraignant.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs