Accueil Société Régions Bruxelles

Mode d’emploi: les Plaisirs d’hiver en 10 questions (carte interactive)

Les Plaisirs d’hiver ont ouvert ce vendredi midi et ce jusqu’au 2 janvier. Voici notre mode d’emploi en 10 questions et en carte interactive pour profiter du marché de Noël bruxellois.

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Bruxelles a inauguré ses Plaisirs d’hiver ce vendredi midi. Les festivités dureront jusqu’au 2 janvier. Le Soir vous propose un mode d’emploi en 10 questions et en carte interactive pour profiter au mieux du marché de Noël de la capitale.

Cela se passe où ? Au centre-ville. Les chalets s’étalent de la Grand-Place, au Vismet, en passant par la Bourse, la place de la Monnaie et De Brouckère. Le sapin, la crèche, le son et lumière, c’est Grand-Place. La patinoire, c’est place De Brouckère. La grande roue, c’est au bout du Vismet. Le village après-ski, c’est place de la Monnaie. Les illuminations, c’est sur 152 artères du Pentagone et du quartier européen. Grande nouveauté 2021 : le bois de la Cambre est de la fête, à partir du 3 décembre : patinoire, luge, curling et lumières au programme.

Et quand ? Tous les jours, de 12 à 22 h, sauf les jours de réveillon, avec fermeture prévue à 18 h.

Covid : un masque, un bracelet

L’accès est-il libre ? Oui et non… L’événement est soumis au Covid Safe Ticket (CST) pour les plus de seize ans. Mais seulement s’ils veulent consommer une part de tartiflette ou un verre de vin chaud, acheter une bougie ou une chapka en fourrure, patiner ou profiter de la grande roue. La promenade sans achat au milieu des chalets n’est donc, stricto sensu, pas soumise au CST, la Ville ne voulant pas restreindre l’accès aux deux kilomètres du parcours. Mais Philippe Close, le bourgmestre socialiste, a vivement découragé, lundi soir, les non-vaccinés à se rendre au marché de Noël.

Qui vérifie mon CST ? Les commerçants et exploitants ne doivent pas scanner le CST, mais vérifier le port d’un bracelet. Concrètement, il faut présenter son pass sanitaire à l’un des dix chalets (ouverts de 11 à 21 h) répartis sur le périmètre, pour recevoir le sésame. Lequel donne droit, ensuite, aux achats et consommations, à l’accès à toutes les animations. Attention : chaque jour sa couleur. Il faut donc demander un bracelet à chaque visite aux Plaisirs d’hiver.

Que faire si je n’ai pas de CST ? Se faire tester. C’est possible chez Viage (le casino), sur le piétonnier.

Dois-je porter le masque ? Oui, sur un large périmètre, entre les différents lieux phares. En gros, sur toutes les rues situées autour des axes Sainte-Catherine/Mont des Arts d’une part, De Brouckère/Fontainas de l’autre.

Et c’est tout ? Non. Il faut aussi intégrer le sens de circulation. Et ne pas hésiter à utiliser les stations de gel hydroalcoolique réparties sur le parcours.

Mobilité : les transports, le vélo…

En 2019, année record avec 3,4 millions de visiteurs, les premiers jours avaient viré au chaos, à Bruxelles, en termes de mobilité. Pour éviter pareil scénario, un seul mot d’ordre : éviter la voiture.

En transports, c’est accessible ? Parfaitement. En train : la gare Centrale est le point d’accès idéal pour entamer le parcours. Un chalet CST y est d’ailleurs installé, qui distribue les bracelets contre présentation du pass sanitaire. En métro ou en tram, avec les stations desservant le centre-ville (De Brouckère, gare Centrale, Bourse) ; pour l’occasion, la Stib renforce les fréquences sur les lignes de métro les vendredis et samedis, de 23 h à minuit.

Et si je viens en vélo ? C’est bien aussi, il y a des parkings sécurisés et gratuits dans les stations Bourse et De Brouckère. Ainsi qu’un parking extérieur au Marché aux Porcs et à l’Albertine.

Si la voiture est la seule option ? Mieux vaut se garer loin du centre-ville. Les park and ride Ceria et Crainhem sont vivement recommandés (trois euros, mais gratuits le week-end) et reliés au réseau de métro. Un peu plus proches de l’événement, les parkings Botanique, City 1, Passage 44, Rogier, Toison d’Or, 2 Portes et Entre Deux Portes sont disponibles. Pour dissuader les automobilistes de s’aventurer au plus près des chalets, la Ville a par ailleurs décidé d’instaurer, autour du Vismet, un tarif de stationnement dissuasif (10 euros de l’heure).

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, mardi 30 novembre 2021, 19:59

    A l’ère chrétienne on aurait appelé ça un Marché de Noël.

  • Posté par L. D., lundi 29 novembre 2021, 17:22

    Il aurait été plus judicieux de ne pas ouvrir ces marchés de Noël difficiles à contrôler, mais ne pas ennuyer les restaurants avec des limitations de tablees

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, lundi 29 novembre 2021, 17:11

    Ce qui va être très difficile à faire accepter par la population ... changer radicalement son mode de vie actuel où les divertissements et les vacances sont devenus des idéaux de vie !!!. Gagner de l’argent pour se divertir, se satisfaire. Mais cette mentalité fait glisser vers l’insatisfaction d’une existence anesthésiée par le divertissement qui n’est pas du repos, mais une fuite de la réalité. L'être humain ne s’est jamais autant reposé qu’aujourd’hui, et pourtant, il n’a jamais autant fait l’expérience du vide qu’aujourd’hui ! Les possibilités de se divertir, de partir, les croisières, les voyages, tant de choses qui ne donnent pas la plénitude du cœur. Et d’ailleurs, qui ne donnent pas le repos ...

  • Posté par O'Lokoom Cook, lundi 29 novembre 2021, 17:10

    Pourquoi vous insistez autant pour que l’on y aille ? Puisqu’on vous dit qu’a 10h de heure de parking pour manger et boire de la junkfood chère dans une ambiance complètement ringarde et dépassée, nous n’irons pas à ces « plaisirs d’hivers »

Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs