Accueil Opinions Cartes blanches

La vaccination des soignants: un devoir éthique qui devrait être librement consenti

Un engagement du personnel soignant (déjà en exercice ou futurs diplômés) à se vacciner contre les maladies nosocomiales pourrait être un des éléments constituant un accès à la profession, suggère Michel Goldman.

Carte blanche - Temps de lecture: 3 min

L’écoute des soignant.e.s qui s’opposent à la vaccination obligatoire révèle un grand paradoxe : ils rejettent la contrainte tout en affirmant l’amour de leur métier et leur dévouement sans faille aux malades. Or un des principes essentiels de la médecine, c’est de prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter de nuire aux patients. C’est le fameux Primum non nocere qui sous-tend le serment d’Hippocrate presté par tous les médecins avant qu’ils soient autorisés à pratiquer.

Parmi les risques que le personnel soignant peut faire courir aux patients les infections nosocomiales figurent à l’avant-plan. Songeons à tous ces malades qui dans le passé ont été contaminés à l’hôpital par le virus de l’hépatite B. La vaccination obligatoire du personnel soignant a sans aucun doute contribué à faire disparaître cette complication majeure dans des environnements à haut risque comme les unités d’hémodialyse. Les infections par les bactéries résistantes aux antibiotiques représentent aujourd’hui un des grands fléaux qui mettent à mal la santé publique. Le personnel soignant est fréquemment impliqué dans la transmission de ces microbes hyper résistants et il est donc soumis à une observance stricte de certaines règles de base, au premier rang desquelles le lavage rigoureux des mains avant et après les soins donnés à chaque malade.

Des clusters aux origines multiples

Le Covid fait indubitablement partie des maladies nosocomiales. Il est bien établi que les hôpitaux et autres institutions de soins sont des endroits à haut risque où naissent des clusters aux conséquences désastreuses tant pour les patients que pour le personnel soignant et leur entourage. Les origines de ces clusters sont multiples : patients eux-mêmes, visiteurs, mais il est indéniable que du personnel non-vacciné est parfois en cause. Une étude américaine a parfaitement établi que les infections nosocomiales sont plus fréquentes dans les institutions où opère du personnel non vacciné. A l’heure où circulent des variants de plus en plus contagieux, il est essentiel de protéger toutes celles et tous ceux qui séjournent ou travaillent dans les institutions de soin. Si la dangerosité du nouveau variant Omicron reste à établir, il est peu douteux que les patients âgés et atteints de comorbidité resteront exposés à développer des formes graves et mortelles de la maladie.

Changer la nature du débat

Dans ce contexte, il est essentiel d’informer tous les soignants non-vaccinés des risques qu’ils font courir à leurs patients. Leur vaccination est la mesure essentielle pour minimiser ces risques, même si son efficacité n’est pas absolue et qu’elle doit s’accompagner du respect strict des autres règles d’hygiène. Le débat actuel devrait donc changer de nature et être placé dans le cadre d’un devoir éthique qui s’impose naturellement à tout soignant.

En pratique, il s’agit d’envisager de demander à tous les soignants un engagement qui viendrait s’ajouter à celui exigé des futurs médecins. La vaccination contre les infections nosocomiales en serait un des éléments importants. Pour les futurs diplômés, il s’agirait d’une déclaration exigée pour l’accès à la profession. Pour les professionnels en activité, il leur serait demandé de souscrire à cet engagement sur base volontaire. En cas de refus, ils s’excluraient de fait eux-mêmes de tout contact direct avec les patients. Il serait ensuite de la responsabilité des institutions hospitalières de communiquer toutes les mesures qu’ils prennent pour prévenir les infections nosocomiales au covid, y compris l’écartement du personnel soignant non-vacciné de tout contact avec les patients.

À lire aussi Pierre-Yves Dermagne sur l’accord sur l’obligation vaccinale: «Le soignant peut s’opposer à un licenciement, c’était essentiel pour nous» À lire aussi «Un soignant qui ne croit pas en la médecine n’a pas sa place à l’hôpital»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 1 décembre 2021, 17:17

    Un reportage poignant a été diffusé à la VRT. Il reprend les témoignages de Valentin, un réfractaire au Covid, de sa femme et de médecins. Un sexagénaire flamand qui refusait le vaccin, entraîné par sa femme francophone influencée par les médias sociaux. « J’ai vu la mort de près. Les gens doivent bien réfléchir à ce qu’ils font ». Infecté, il a été admis aux urgences de l’hôpital Vésale à Tongres. « Une transplantation du poumon est sans doute la meilleure option pour Valentin, pour lui permettre de mener une vie satisfaisante » disent les médecins. « Les docteurs, les infirmiers… travaillent tous ici, mais ont aussi leur vie privée. Nous ne devons pas être égoïstes, il faut aussi les voir. S’ils n’avaient pas été là, je n’y serais plus. » À ses amis qui ne sont pas encore vaccinés, Valentin dit qu’ils sont « égoïstes pour les autres. Il faut l’avoir eu pour le comprendre ». Ce qui alourdit considérablement la charge du personnel médical, c’est l’arrivée de patients qui n’auraient pas dû être là s’ils avaient eu leur vaccin. Il ne fait aucun doute que les discours nauséabonds des Pe(e)ters, Dedecker, El Cabron, Ernotte, Bonisseur de la Bath, Lecocq, Vigneron, Bouram et bien d’autres ont envoyé des Valentin à l’hôpital, voire au cimetière. Il faut le savoir. Voici le lien vers l’article de la VRT : https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2021/11/26/verhaal-covidpatient-op-intensieve/

  • Posté par Dedecker Nicolas, mercredi 1 décembre 2021, 13:02

    Dixit le président du board de la fondation Astra Zeneca…

  • Posté par Dedecker Nicolas, mercredi 1 décembre 2021, 10:16

    Le vieux Goldman reste figé dans sa position de covidiste convaincu, depuis le début de la crise il approuve et défend toutes les mesures liberticides imposées à la population. Donc pas étonnant qu’il continue. Ce qu’il oublie c’est qu’il n’y à aucun soignant antivax, il y en a qui refusent CE vaccin car c’est un mauvais vaccin sur lequel on a pas de recul. Il y a quelques mois on nous expliquait que les vaccins étaient sûrs et efficaces, qu’il protégeaient à 98% et qu’on allait retrouver « la vie d’avant », aujourd’hui les vaccinés propagent le virus autant que les non vaccinés et engorgent les hôpitaux… sans parler des effets secondaires qui montent en flèche… vaccins toujours officiellement et légalement en phase d’expérimentation d’ailleurs… les soignants n’auraient aucun problème à se faire vacciner s’ils avaient confiance, ce qui n’est pas le cas, trop de mensonges, trop de manipulations… Goldman est vieux, sa vie est derrière lui, il s’en fout de ce qu’on lui injecte, il devrait comprendre que ce n’est pas le cas de tout le monde.

  • Posté par Dedecker Nicolas, mercredi 1 décembre 2021, 11:25

    Robert vous pensez ce que vous voulez, moi aussi… Goldman écrit une carte blanche dans laquelle il attaque directement une partie de ses collègues, ce qui est très insultant, ce faisant il s’expose publiquement et c’est donc normal qu’on puisse réagir à ses écrits. Vous parlez de désinformation, quelle est-elle ? Et d’ailleurs qui êtes vous pour me demander de présenter des excuses ? Encore un petit inquisiteur covidiste dogmatique choqué qu’on remette en cause sa religion hygiéniste ?

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 1 décembre 2021, 11:13

    M Dedecker. Votre post insultant dégouline d'obscurantisme. C'est de l'attaque personnelle et de la désinformation, quii peut indirectement mettre en danger des vies humaines. Je vous enjoins de présenter des excuses.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche «Pékin a changé ma vie»

Quand il évoque les Jeux olympiques, l’ancien champion a toujours les yeux qui brillent. Son double sacre dans le « Nid » de Pékin, en totale communion avec les spectateurs, reste un moment fort de sa carrière. Il souhaite aux athlètes qui participeront aux JO d’hiver de ressentir les mêmes émotions…

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs