Accueil Monde Afrique

Congo hold-up: des millions volés à l’Etat congolais ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila

L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Le scandale Egal éclabousse directement l’ancien président de la RDC Joseph Kabila. Comme l’a révélé l’une de nos enquêtes Congo hold-up, cette société congolaise d’importation de poisson et de viande, aux mains de très proches de Kabila, fait l’objet depuis cette année d’une enquête judiciaire à Kinshasa pour avoir détourné au moins 43 millions de dollars des caisses de la Banque centrale du Congo. Mais ce n’est pas tout. Juste après avoir reçu ces fonds publics, Egal a reversé 3,3 millions de dollars sur le compte de la présidence de la République à la BGFI, afin de financer un retrait d’espèces de 2,8 millions de dollars effectué par Emmanuel Adrupiako, conseiller financier personnel du président Kabila. L’un de nos documents suggère que ce versement était prévu dès le début de l’opération. En clair, Joseph Kabila semble avoir tout simplement prélevé sa commission sur les fonds publics détournés, qui ont servi à financer le lancement, en 2013, de l’entreprise d’importation alimentaire Egal.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 29 novembre 2021, 16:35

    Un beau journalisme d'investigation ! Mais à voir le nombre de commentaires, il ne passionne pas les foules. Normal : on sait tous que dans ces dictatures corrompues, l'argent est détourné par le pouvoir. Il serait plus intéressant de savoir ce que l'Etat belge, très généreux envers cet Etat, fait pour surveiller l'affectation de ces fonds, en réalité et maintenant : on a eu Mobutu, puis Kabila, on ne me fera pas croire qu'avec Tshisekedi, ces pratiques n'ont plus cours.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs