Accueil Société

Vaccination obligatoire: les soignants manifestent devant le cabinet du ministre de la Santé

Ces mobilisations sont organisées en front commun par la CGSP, le Setca, la CNE, le SLPF et la CGSLB.

Temps de lecture: 2 min

Une centaine de personnes, selon l’estimation de la police de Bruxelles Capitale-Ixelles, se sont mobilisées lundi à 11 h rue de la Loi à Bruxelles, devant le cabinet du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, pour s’opposer à l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les soignants. Un premier rassemblement avait été organisé vendredi à la même heure et au même endroit par le front syndical. L’action sera réitérée toute la semaine.

Ces actions portent le slogan « Les blouses blanches ne sont pas des paillassons ». Pour imager ce propos, des blouses maculées de traces de pas ont été suspendues sur une corde à linge à l’entrée du cabinet. Les manifestants ont entonné des chansons avec des paroles détournées pour faire entendre leurs revendications.

« On reviendra tous les jours à une centaine pour ne pas relâcher la pression avant d’avoir rencontré le ministre de la Santé », défend Olivier Nyssen, secrétaire général CGSP. « On nous a dit qu’il y aura une concertation avec M. Vandenbroucke et on attend toujours d’être convoqués. »

Ces mobilisations sont organisées en front commun par la CGSP, le Setca, la CNE, le SLPF et la CGSLB.

Les représentants syndicaux se disent pro-vaccin, mais opposés à l’obligation vaccinale, estimant qu’elle va peser sur les établissements de santé, qui sont déjà en souffrance à cause de la pénurie et de la fatigue du personnel. « Le secteur des soins est atrophié de longue date et a été d’autant plus atrophié par la crise sanitaire », a expliqué Olivier Nyssen. « Sanctionner les travailleurs non vaccinés va accroître encore la pénurie jusqu’à mettre en péril les soins de santé dans le pays. Le fait de diminuer les bras pour les patients va augmenter la charge et l’essoufflement des soignants vaccinés. Des lits ferment actuellement et des calculs de préavis sont d’ores et déjà demandés par des travailleurs vaccinés qui envisagent de quitter le secteur, car ils appréhendent les retombées de l’obligation vaccinale sur leur charge de travail et le déferlement de la 4e vague ». Il redoute une avancée de la « désertification » des services dans les prochains mois si les quelque 10 % de non-vaccinés quittent la profession.

Une manifestation est prévue le 7 décembre à 10 h 30 au départ de la place de la Chapelle, au centre de Bruxelles. Des rencontres sont en train d’être organisées tout au long du parcours avec des partis de la majorité.

> Une dose de rappel pour 3 millions de Belges d’ici les fêtes

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 30 novembre 2021, 15:57

    Un reportage poignant a été diffusé à la VRT. Il reprend les témoignages de Valentin, un réfractaire au Covid, de sa femme et de médecins. Un sexagénaire flamand qui refusait le vaccin, entraîné par sa femme francophone influencée par les médias sociaux. « J’ai vu la mort de près. Les gens doivent bien réfléchir à ce qu’ils font ». Infecté, il a été admis aux urgences de l’hôpital Vésale à Tongres. « Une transplantation du poumon est sans doute la meilleure option pour Valentin, pour lui permettre de mener une vie satisfaisante » disent les médecins. « Les docteurs, les infirmiers… travaillent tous ici, mais ont aussi leur vie privée. Nous ne devons pas être égoïstes, il faut aussi les voir. S’ils n’avaient pas été là, je n’y serais plus. » À ses amis qui ne sont pas encore vaccinés, Valentin dit qu’ils sont « égoïstes pour les autres. Il faut l’avoir eu pour le comprendre ». Ce qui alourdit considérablement la charge du personnel médical, c’est l’arrivée de patients qui n’auraient pas dû être là s’ils avaient eu leur vaccin. Il ne fait aucun doute que les discours nauséabonds des Pe(e)ters, Dedecker, El Cabron, Ernotte, Bonisseur de la Bath, Lecocq, Vigneron, Bouram et bien d’autres ont envoyé des Valentin à l’hôpital, voire au cimetière. Il faut le savoir. Voici le lien vers l’article de la VRT : https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2021/11/26/verhaal-covidpatient-op-intensieve/

  • Posté par Mauer Marc, lundi 29 novembre 2021, 20:10

    Pas assez de temps pour travailler, mais le temps de faire la grève ! Et ceux qui font la grève, s’ils se renseignent à l’hôpital où ils travaillent on ne manquera pas de leur dire que 9 personnes sur 10 en réa sont des non vaccinés !

  • Posté par Raspe Eric, lundi 29 novembre 2021, 17:18

    Au lieu de manifester, les syndicats devraient convaincre ceux qui doutent. C'est la meilleure manière d'éviter une pression trop forte sur le système de soins. En menant ce combat d'arrière garde, ils perdent toute crédibilité. Bonne chance pour faire passer les autres revendications légitimes celles-là. Avec des dirigeants syndicaux de ce type, les patrons ont un boulevard devant eux.

  • Posté par Raspe Eric, mardi 30 novembre 2021, 8:44

    Ah j'oubliais, nicodème est un admirateur inconditionnel de raoult. Vous savez celui qui truque ses études pour avoir raison (https://www.franceinter.fr/sciences/hydroxychloroquine-des-membres-de-l-ihu-accusent-didier-raoult-d-avoir-falsifie-ses-tests-revele-mediapart) et se sucre sur le dos de ses malades (https://www.lalibre.be/international/europe/si-on-m-avait-prevenu-du-tarif-je-n-y-serais-meme-pas-alle-pour-les-patients-de-didier-raoult-la-note-reste-en-travers-de-la-gorge-604ba1649978e2410fa0bb3c) en nous vendant une camelote totalement inactive vendue elle aussi par Big Pharma pour lutter contre la malaria, lutte dans laquelle l'hcq est réellement efficace. On voit donc que nicodème ne sait absolument pas réfléchir et répète inlassablement les dogmes foireux des antivax primaires. Vivement demain pour en savoir plus sur ces moutons de Panurges.

  • Posté par Raspe Eric, lundi 29 novembre 2021, 18:54

    nicodème, tu connais un médicament efficace sans effet secondaire? Toi qui te prétends mathématicien, compare la mortalité par covid dans les MRS lors de la seconde vague (pas de vaccin) et la troisième vague (vaccination presque complète) : plus de 200 morts par jour par mille résidents durant la seconde vague, moins de 5 pendant la troisième. Faut pas faire beaucoup de statistiques pour se rendre compte que la valeur p sera infinitésimalement faible. Alors, tes considérations à la con...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko