Accueil Monde

Le montage offshore du contrat Semlex – RDC au cœur de l’enquête

La Justice belge s’intéresse depuis 2017 au contrat de production du passeport biométrique. Dont 60 dollars sur 185 s’évaporaient dans les paradis fiscaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La Justice belge s’intéresse depuis janvier 2017 au curieux montage offshore qui soutenait le contrat « built, operate and transfer » (B.O.T. – construction, opération et transfert) entre le Groupe Semlex de l’homme d’affaires belge Albert Karaziwan et la République démocratique du Congo. Ce contrat, signé le 11 juin 2015 par les ministres des Finances et des Affaires étrangères de l’époque, prévoyait « l’implémentation d’un système d’identification biométrique national », en commençant par la production de passeports.

Comme l’a révélé Reuters en 2017, et comme le confirment des documents consultés par Le Soir et ses partenaires de Congo Hold-up, le prix du passeport a grimpé en flèche dans les dernières semaines de négociation du contrat.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs