Accueil Belgique Politique

Sortie du nucléaire: les cinq dernières questions avant de décider de tout fermer

La ministre de l’Energie doit remettre son rapport d’évaluation au gouvernement ce mardi. C’est sur cette base qu’une éventuelle prolongation de deux réacteurs pourrait être décidée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 7 min

Sans doute les amateurs de chute libre sont-ils familiers de ce sentiment : avant de sauter d’un avion en état de marche, il n’est jamais inutile de vérifier que son parachute est correctement et solidement attaché. Non que la fermeture totale des sept réacteurs belges d’ici la fin de l’année 2025 s’apparente à un saut dans le vide. Il n’empêche : avant de faire le dernier – et a priori irréversible – pas sur un chemin entamé il y a dix-huit ans, il ne paraît pas déraisonnable que le gouvernement De Croo vérifie une dernière fois que toutes les sangles sont bien serrées. Après tout, c’est une part importante de l’avenir énergétique du pays qui se joue cette semaine. Ces assurances, la Vivaldi doit les trouver dans le rapport d’évaluation que lui remettra la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), ce mardi 30 novembre. A défaut de toutes les y trouver, l’exécutif fédéral pourrait décider de conserver le feu nucléaire de Doel 4 et Tihange 3, soit 2 GW sur un total de 6.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Fonder Daniel, mardi 30 novembre 2021, 15:48

    Un article de n’importe quoi pour la continuité de l’alimentation sur période longues de froid sans vent l’hiver. Turbo Age à Coo et autres petites, nouveaux dispositifs de batteries et autres, Véhicules to Grid 1 et 2, hypothétiques batteries domestiques, … tout cela ne tient que quelques heures, même pas une nuit. L’importation encore très limitée ne va pas loin et le prix astronomique du marché imposera les délestages. Toute cette segmentation utilisée par Écolo avec l’intérêt économique d’Elia et des consortiums producteurs-distributeurs ne résiste pas à des modèles simples et des courbes claires. Si l’on y ajoute les incertitudes technologiques, politiques des autres pays, climatiques (production photovoltaÏque et éolienne baissières), problèmes de réseaux, constitution des capacités de stockage, …., on se prépare à la foire et cinq réponses ne résolvent pas l’équation politique pour la Belgique avec un gouvernement aux valeurs dissociées.

  • Posté par Martin Roland, mardi 30 novembre 2021, 14:40

    Ce n'est VRAIMENT pas le moment de fermer ces centrales nucléaires !

  • Posté par dams jean-marie, mardi 30 novembre 2021, 13:29

    A quand un article sur MYRRHA ! Actuellement le maintien et la prolongation du nucléaire est obligatoire ! La France et l'Allemagne font volte face et reviennent avec des solutions nucléaires car ils ont compris !!!

  • Posté par Ernotte Sébastien, mardi 30 novembre 2021, 13:06

    Toutes les études sont clôturées en belgique, stabilité des prix de l électricité nullement liés au maintien des vielles centrales, impact sur la production de co2 belge insignifiant ( 3%), sécurité d approvisionnement gatantie par Elia avec deux centrales a gaz de transition au lieu de 3. C est fini le nucléaire. Et tout le monde devrait s en réjouir. Nous pourrons enfin arrêter de pousser en dessous du tapis les pires déchets produits par l homme et dont personne ne sait que faire, sinon que de les léger a nos enfants, ainsi que les 100 générations suivantes. Nous allons enfin pouvoir regarder nos enfants dans les yeux ! Bravo Tinne Vendetstraeten pour avoir accompli ce que tant d autres avant vous ont tenté.

  • Posté par Fonder Daniel, mardi 30 novembre 2021, 15:58

    Vous êtes dépassés par les événements : la stabilité des prix n’est plus assurée depuis les engagements à sortir du charbon, les chiffres des émissions carbones et le calcul des droits n’est qu’un montage théorique de Nollet et Cie, la fourniture n’est pas garantie par Elia dans la situation actuelle avec fermeture, l’étude du traitement des déchets et l’évolution de la quantité avance et n’est pas le cauchemard que vous évoquez. L’investissement dans l’énergie nucléaire est massif en Europe et dans le monde. Essayez de retomber sur terre. Il faut être prudent et réaliste.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs