Accueil Culture Arts plastiques

A Eleven Steens, la beauté étrange des corps étrangers

Quatre artistes se répartissent les quatre étages de cet ancien bâtiment de Belgacom pour explorer, de manières très différentes, la notion de « corps étranger »

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

A Saint-Gilles, niché au nº 11 de la petite rue Steens (d’où le nom du lieu, Eleven Steens), un étonnant parcours en quatre temps rassemble pour deux semaines encore quatre artistes travaillant autour de la notion de « corps étranger ».

Derrière un portail banal se cache un vaste bâtiment jadis utilisé par Belgacom dont les quatre étages baignent encore dans leur jus post-industriel : murs lépreux, grandes baies vitrées sur la ville d’un côté, sur les immeubles voisins de l’autre, espaces nus dont les briques apparentes doivent plus à un déménagement à l’arrache qu’à un effet esthétique…

Bref, un lieu idéal pour donner carte blanche aux artistes depuis 2019 sous la direction artistique de Jean-Marc Dimanche. Avec actuellement, pour deux semaines encore, un ensemble de quatre artistes abordant la notion de « corps étrangers ». Pas une exposition collective mais plutôt quatre expositions personnelles se succédant d’étage en étage.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs