Accueil Belgique Politique

Tension au sein de la majorité bruxelloise: Pascal Smet s'en prend à un projet d'Elke Van den Brandt

Le secrétaire d’Etat Pascal Smet n’est pas très enthousiaste vis-à-vis du projet de Elke Van den Brandt de transformation de la fin de l’A-12, à l’entrée nord de Bruxelles.

Temps de lecture: 2 min

L’ex-ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (Vooruit), actuellement secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, est opposé à la réalisation dans un délai rapproché, et en l’état, du projet de transformation de la fin de l’A-12, à l’entrée nord de Bruxelles. Selon lui, le projet défendu par sa collègue en charge de la Mobilité au gouvernement régional ne prévoit plus la réalisation d’un « Park and Ride » qui donnait à une telle transformation son caractère prioritaire.

L’autoroute A12 va «devenir l’A-douce», a indiqué la ministre Elke Van den Brandt (Groen), dans un entretien accordé à La Libre Belgique mardi. La ministre de la Mobilité a confirmé avoir déposé la demande de permis pour la transformation de la fin de l’autoroute A12, sur la portion de trois kilomètres qui longe l’Atomium, le parc de Laeken et ses tours d’inspiration extrême-orientale jusqu’au canal.

La réduction d’une bande de circulation

Le projet figure dans le plan GoodMove du gouvernement bruxellois en matière de mobilité, qui prévoit la réduction d’une bande de circulation, passant de trois à deux voies, et la transformation de l’autoroute actuelle en un boulevard urbain, qui intègre une route cyclable et des espaces verts, explique la ministre, aussi citée dans De Morgen.

Selon la ministre, le but est de terminer les travaux sous cette législature, «d’ici 2024», avance-t-elle

Son prédécesseur Pascal Smet a déploré que le projet tel qu’avancé par la ministre n’a fait «l’objet d’aucune concertation au gouvernement bruxellois» alors qu’il modifie sensiblement le projet pour lequel lui-même a obtenu la délivrance d’un certificat d’urbanisme. Selon lui, il n’est visiblement plus question du projet Park and Ride directement connecté à l’A-12 et qui justifiait à lui seul la priorité donnée à un tel chantier.

«Sans cela, en ces temps difficiles sur le plan financier, il y a d’autres investissements prioritaires à réaliser à Bruxelles en termes de déminéralisation de l’espace, par exemple sur les axes Belliard et Loi ou sur le boulevard Jamar. Ce serait un projet “nice to have”, mais plus “need to have”», a-t-il commenté, soulignant que la fin de l’A-12 est déjà une zone verdurisée.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par L. D., mercredi 1 décembre 2021, 11:11

    Tous les deux sont en train de détruire Bruxelles, alors ?

  • Posté par Chalmagne Pierre, mercredi 1 décembre 2021, 9:43

    Quand le même Mr Smet a réduit la voie d’entrée des navetteurs des Brabants Flamand et Wallon, et Liégeois, l’a-t-il fait en concertation avec les autres partis de la coalition de l’époque ? Dans le dossier de la A12, il déclarait hier dans la Libre « C’est couillonner les Flamands, il y a d’autres priorités" : pourquoi ne tient-il pas le même discours quand on parle de supprimer le Viaduc Herman Debroux, qui est utilisé essentiellement par des Wallons ? Dois-je en déduire que Mr Smet ne défend que les Flamands ? Et je suis également sidéré du silence des parlementaires francophones dans tous les dossiers de la mobilité, alors que si pour de nombreux d’entre eux les transports publics sont sans doute une solution, il n’en est pas de même pour le personnel qui n’a pas d’horaire fixe comme le personnel soignant (médical et paramédical) qui habitant en dehors de Bruxelles et n’ont pas d’autres possibilités que d’utiliser leur propre véhicule pour venir travailler dans les hôpitaux et maisons de soins de Bruxelles. Les parlementaires bruxellois ont-ils déjà analysé les risques si ce même personnel décidait d’aller travailler en dehors de Bruxelles ? Bonne journée.

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 1 décembre 2021, 12:28

    Je tiens le même discours depuis 2 ans. La Ville de Paris fait face au même problème, dénoncé sans complaisance par la presse française. À cause de la mobilité et des prix de l'immobilier, les plus bas salaires (soins à domicile, facteurs, petits employés, aides en cuisine, pompiers, policiers, nettoyeurs...) n'ont ni un logement correct ni une solution de mobilité abordable. De plus en plus, ils quittent la capitale.

  • Posté par D Marc, mercredi 1 décembre 2021, 9:03

    Lors des élections de 2019, les partis flamands ont récoltés 19% des sièges au Parlement bruxellois, les francophones 81%. Dans la réalité, les flamands ont pris le pouvoir au gouvernement et mettent toute leur énergie à étouffer la ville. Aucune réaction des écolos et des socialos trop occupés à soigner leurs protégés islamistes.

  • Posté par J.-M. Tameyre, mercredi 1 décembre 2021, 9:31

    La mesure de la langue parlée repose habituellement sur la langue de la facturation des services essentiels (eau, gaz, électricité, telecoms), pas sur les votes. Mais je pense qu'avec les bourrins francophones de plus en plus votent... flamand. Ces élus risquent de payer cher leurs oukases car la plupart des cadres à Bruxelles sont flamands et grassement payés. Il leur faut 2 heures pour faire les 40 kms à leur boulot (soit 4 heures de bagnole). La plupart adorent leur village de campagne et les courses de vélo loin de toute gare. J'en connais : ils ne tiendront plus longtemps avec des journées de 12 à 14 heures (plus les courses, plus les gosses). Bref, la Flandre risque de perdre une manne salariale énorme. Quant aux courtes vues à Bruxelles, elles ont bien entamé leurs ravages : le tissu économique détruit est irrécupérable.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Coronavirus: mini-guerre scolaire en vue sur les mesures

Comme attendu, l’école est fortement perturbée par le variant omicron. Entre ceux qui veulent encore assouplir et ceux qui jugent que cela serait irresponsable, la tension est palpable. Une réunion conjointe des ministres de la Santé et de l’Enseignement est annoncée pour mercredi.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs