Accueil Culture Cinéma

Yvan Attal à propos de «Les choses humaines»: «Les gens jugent à l’emporte-pièce sur les réseaux sociaux»

En adaptant « Les choses humaines », de Karine Tuil, Yvan Attal met la vérité judiciaire au cœur de son film.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Nous avons rencontré Yvan Attal deux jours avant que l’affaire Nicolas Hulot ne revienne dans l’actualité suite au reportage remarquable de Envoyé spécial. Force est de constater que son adaptation du roman de Karine Tuil (Prix Interallié et Goncourt des Lycéens 2019) qui soulève la question du consentement et ses zones grises, tape dans le mille pour remettre l’appareil judiciaire à sa juste place, c’est-à-dire la première.

Parler du consentement aujourd’hui implique quoi ?

Ne pas y penser plus que ça pour faire un film sincère. Se souvenir pourquoi on a adapté le livre, pourquoi il vous a bouleversé et ne pas se laisser effrayer par la grandeur du sujet, des questions, des polémiques.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs