Accueil Société

Les hôpitaux doivent fermer tout ce qui n’est pas vital

Nouvelles directives alarmistes pour les hôpitaux. Les autorités les contraignent à fermer, pour deux semaines minimum, tous les soins non urgents ou non vitaux. Le 10 décembre, la capacité de lits de soins intensifs pour les covid pourrait être atteinte.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Il y a des signes qui ne trompent pas. Celui-ci, envoyé ce jour par le Comité Hospital & Transport Surge Capacity (l’instance chargée de réguler la prise en charge des malades par le système hospitalier) ne rassure pas sur l’évolution de la pandémie. Pour mémoire, le HTSC est composé de représentants de toutes les autorités, du ministère de la Défense, des Fédérations hospitalières et d’experts. Ses leaders – le docteur Cécile van de Konijnenburg (Chief Medical Officer Belgique), Marcel Van der Auwera (président du Comité HTSC) et le professeur Erika Vlieghe (expert scientifique du Comité), viennent d’adresser un message alarmant aux hôpitaux du pays. « Nous constatons », disent-ils « que l’évolution au sein des hôpitaux et des unités de soins intensifs est très précaire. Le Comité doit, par analogie avec les derniers mois, prendre les mesures de régulation nécessaires en fonction de l’évolution épidémiologique et de la lourde charge qui pèse sur le secteur hospitalier ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

60 Commentaires

  • Posté par Mauer Marc, mercredi 1 décembre 2021, 21:59

    En 2020 je devais subir une intervention chirurgicale mineure (retrait de matériel d’osthéosynthèse, plaques et vis) au poignet. À cause du Covid, cette intervention a été reportée plusieurs fois car non «urgente ». À force de frotter sur les vis, 2 tendons se sont sectionnés (pouce et index). J’ai fini par aller me faire opérer à Paris, retrait du matériel et greffe des tendons, et à mes frais. La petite intervention s’est transformée en quelque chose de notoirement plus lourd. J’ai donc eu droit à une anesthésie générale de 3 heures, une intervention suivie d’un tableau extrêmement douloureux, une hospitalisation de 10 jours, et une kiné intensive extrêmement douloureuse dès le lendemain de l’opération. Bilan? 4 mois d’arrêt, alors que je suis indépendant. Je n’ose imaginer le nombre de personnes souffrant de pathologies diverses et variées et n’ayant pas eu accès aux soins comme cela a été le cas pour moi. J’aurai cependant un plus de peine à garder mon calme si je suis replacé dans une situation similaire, car demain, ma place à l’hôpital sera occupée par un non vacciné !

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 1 décembre 2021, 18:58

    PAS d'ACCORD : LES NON VACCINES DEHORS !

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 1 décembre 2021, 15:08

    Un reportage poignant a été diffusé à la VRT. Il reprend les témoignages de Valentin, un réfractaire au Covid, de sa femme et de médecins. Un sexagénaire flamand qui refusait le vaccin, entraîné par sa femme francophone influencée par les médias sociaux. « J’ai vu la mort de près. Les gens doivent bien réfléchir à ce qu’ils font ». Infecté, il a été admis aux urgences de l’hôpital Vésale à Tongres. « Une transplantation du poumon est sans doute la meilleure option pour Valentin, pour lui permettre de mener une vie satisfaisante » disent les médecins. « Les docteurs, les infirmiers… travaillent tous ici, mais ont aussi leur vie privée. Nous ne devons pas être égoïstes, il faut aussi les voir. S’ils n’avaient pas été là, je n’y serais plus. » À ses amis qui ne sont pas encore vaccinés, Valentin dit qu’ils sont « égoïstes pour les autres. Il faut l’avoir eu pour le comprendre ». Ce qui alourdit considérablement la charge du personnel médical, c’est l’arrivée de patients qui n’auraient pas dû être là s’ils avaient eu leur vaccin. Il ne fait aucun doute que les discours nauséabonds des Pe(e)ters, Dedecker, El Cabron, Ernotte, Bonisseur de la Bath, Lecocq, Vigneron, Bouram et bien d’autres ont envoyé des Valentin à l’hôpital, voire au cimetière. Il faut le savoir. Voici le lien vers l’article de la VRT : https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2021/11/26/verhaal-covidpatient-op-intensieve/

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 1 décembre 2021, 16:43

    Et bien d'autres, hélas. Ou les mêmes sous d'autres pseudos.

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 1 décembre 2021, 16:05

    Vous oubliez le Calogero ...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs