Accueil Opinions Chroniques

La «Lettre d’Ivan De Vadder»: Le jour où le ciel leur est tombé sur la tête

Il y a 30 ans, le Vlaams Blok (devenu Vlaams Belang) était propulsé sur la scène politique flamande en réalisant un score sans précédent aux élections législatives du 24 novembre. La parti d’extrême droite ambitionne plus que jamais d’accéder au pouvoir.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

N’avons-nous pas dirigé le pays convenablement pendant dix ans ? » Le cri du cœur du Premier ministre Wilfried Martens (CVP), après la percée du parti d’extrême droite Vlaams Blok lors des élections du 24 novembre 1991, reflétait parfaitement ce qui se passa ce jour-là. Le ciel était tombé sur la tête des partis traditionnels. La ministre Miet Smet (CVP) s’indigna lorsqu’elle déclara, sur le plateau de l’émission électorale de la VRT : « Les gens disent toujours que l’électeur a raison ; eh bien, dans ce cas, il a tort. » En Flandre, les élections du 24 novembre 1991 ont reçu le surnom de « Dimanche noir »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par dercq jul, mercredi 1 décembre 2021, 19:41

    Bel article.

  • Posté par Baeyens Remi, mercredi 1 décembre 2021, 11:57

    En Belgique règne la particratie aidée en cela par le vote tête de liste. D'où le grand fossé entre l'électeur et les élus. La Belgique en souffre terriblement. La population n'y croit plus. Quelqu'un qui remporte 20000 voix n'est pas nécessairement élu alors qu'un candidat à 5000 voix l'est. De plus ces élus doivent tout à leur parti et pratiquement rien aux électeurs

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica sur les mesures sanitaires: l’approche de la Cour européenne des droits de l’homme

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : il est plus que probablement inexact d’affirmer que les mesures sanitaires contre lesquelles s’élèvent des protestations, dans leur principe, violent les droits fondamentaux. En revanche, on peut attendre que la mise en œuvre de ces mesures impose des exigences de transparence et de cohérence aux autorités publiques.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs