Accueil Société

Santé mentale: un jeune sur trois éprouve des difficultés à demander de l’aide

La crise sanitaire a eu impact sur la santé mentale des 16-25 ans. Selon une enquête menée par les Mutualités libres, 15 % des jeunes ont dû faire appel à un professionnel. Parmi eux, 35 % estiment qu’il est difficile de franchir le pas pour demander de l’aide.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Près d’un jeune sur deux (45 %) déclare avoir souffert de problèmes mentaux, tels qu’un sentiment de panique, des crises d’angoisse ou encore une perte d’appétit, durant la crise sanitaire. C’est en tout cas ce qui ressort d’une enquête réalisée par les Mutualités libres. Début septembre, un échantillon de 1.000 Belges, francophones et néerlandophones, âgés de 16 à 25 ans a été sondé en ligne. Pour ces jeunes, il est difficile de faire le pas vers une demande d’aide. En effet, seul 34 % des jeunes confrontés à des difficultés d’ordre psychologique se sont dirigés vers un professionnel de la santé mentale. Parmi eux, 35 % mettent en évidence des difficultés à franchir le pas.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs