Accueil Société

Coronavirus: les soins non urgents ne doivent pas obligatoirement être reportés

Le Comité Hospital & Transport Surge Capacity (HTSC) a réexaminé la situation et clarifié les directives.

Temps de lecture: 2 min

Les hôpitaux qui peuvent offrir suffisamment de lits pour les patients covid en soins intensifs (SI), qui ont éventuellement la capacité d’accepter des patients d’autres hôpitaux et qui peuvent encore fournir des soins non urgents à leurs patients, peuvent le faire, a affirmé mercredi le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit).

Le Comité Hospital & Transport Surge Capacity (HTSC) a informé les hôpitaux mardi par courrier qu’ils devaient reporter tous les soins non urgents pendant deux semaines. Pour faire face à l’afflux de patients covid, ils doivent aussi se préparer à libérer 60 % des lits des unités de soins intensifs pour ceux-ci.

Le HTSC, indépendant politiquement et composé entre autres des organisations faîtières de soins, des organisations hospitalières, des experts et de l’administration de la santé publique, a réexaminé la situation mercredi et a clarifié les directives.

Selon le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, les hôpitaux doivent réserver la moitié de leurs lits en SI pour les patients covid, se préparer à un pourcentage de 60 % et également coopérer à la solidarité entre hôpitaux en reprenant éventuellement des patients d’autres institutions. Mais si les hôpitaux peuvent le faire et conserver des capacités supplémentaires, ils peuvent en même temps fournir d’autres soins non urgents aux patients, a souligné le ministre. Le HTSC a également communiqué cette information aux hôpitaux ce mercredi après-midi, a-t-il précisé.

À lire aussi Les hôpitaux doivent fermer tout ce qui n’est pas vital

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par M. G., mercredi 1 décembre 2021, 20:38

    Arrêtez de raconter n'importe quoi, un ami de mon papa a un cancer, il ne se sent pas bien en ce moment chez lui, son épouse s'est rendu compte qu'il crachait de plus en plus de sang, ils ont contacté l'oncologue, pour avoir un rdv d'urgence, et il lui a répondu "ben ... vous savez, en ce moment, avec le covid .... c'est pas possible". On laisse crever des gens gravement malades, mais on ne veut pas nous dire la vérité, et ce n'est pas la première fois que j'entends ce genre de témoignage ....

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko