TOPSHOT-AFGHANISTAN-CONFLICT
Pendant plusieurs jours, l’aéroport de Melsbroeck a accueilli les avions chargés des opérations d’évacuation de Kaboul via Islamabad.
07223407
Un nouveau vol avec des personnes rapatriées d’Afghanisyan a atterri ce jeudi matin à l’aéroport militaire de Melsbroek.
Photonews
Drapeau taliban au vent, des sympathisants pakistanais s’apprêtent à accueillir un prisonnier afghan libéré par les combattants islamistes, dans la ville frontalière de Chaman.
Des combattants talibans mieux équipés et plus lourdement armés ont désormais pris position autour de l’aéroport international de Kaboul.
L’ancien négociateur du Brexit, Michel Barnier, pourrait se déclarer candidat dans les prochains jours.
Pensions, nucléaire, travail. Plusieurs (très) gros dossiers se retrouveront sur la table du gouvernement De Croo à la rentrée.
Des hommes allument un feu dans la ville de Herat, à la frontière avec l’Iran et le Turkménistan.
Ludivine Dedonder, Sophie Wilmès et Sammy Mahdi (de g. à dr.), lors d’une conférence de presse, le 20 août, pour faire le point sur l’opération d’évacuations «Red Kite».
d-20210810-GP657L 2021-08-23 22_24_09
Les opérations d’évacuation se poursuivent dans des conditions toujours périlleuses à Kaboul.
10938606-025
Photo prétexte de l’aéroport de Kaboul.
Antonio Guterres, secrétaire-général de l’ONU, s’est heurté à une fin de non-recevoir dans ses demandes auprès d’ambassades occidentales pour accueillir le personnel afghan de l’Unama.
A Kaboul, le chaos se prolonge, avec des scènes de panique et de désespoir autour de l’aéroport, seule porte de sortie du pays depuis le 15 août.
Alors que la Chine mène la plus sévère répression contre les musulmans ouïghours au Xinjiang, empêchés de pratiquer leur religion, la photo de la rencontre, le 28 juillet à Tianjin, entre le chef de la diplomatie chinois Wang Yi et l’homme fort des talibans, Abdul Ghani Baradar, avec barbe islamique et turban, ne pouvait que laisser songeur...
L’arrivée en Belgique de familles afghano-belges évacuées de Kaboul a donné lieu à des scènes d’intense émotion et de profond soulagement.
Pour Olivier Corten, juriste international, «si l’on veut exporter la démocratie, il faut que le but premier soit celui-là et que les moyens soient mis en conséquence».