Accueil Culture Scènes

«Rêve d’automne»: un divorce et quatre enterrements

Jon Fosse, habitué des pièces nébuleuses, signe ici une méditation pleine de mystère et d’ellipses, sur l’amour et la mort. Mis en scène par Georges Lini, les comédiens habitent avec feu des rencontres qui traduisent aussi l’incommunicabilité des êtres.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Plongée au cœur d’une relation amoureuse pleine de trous d’air, traversée de relations familiales glaciales, percées de tentatives de communication plus engourdies qu’une main sans gant immergée dans la neige, voyage sur les pentes traîtres et verglacées du temps : a priori, on pourrait croire que ce Rêve d’automne de Jon Fosse n’est pas du genre à vous réchauffer les miches en cette fin d’année déjà bien refroidie par la météo et le contexte sanitaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs