Accueil Belgique

2014: petites fissures, grands effets

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 4 min

Après la décision de maintenir le réacteur de Tihange 1, prise en juin 2012, les membres du gouvernement Di Rupo sont convaincus d’être débarrassés de la question nucléaire pour un bon moment. Mais la trêve ne durera pas un mois. Le 9 août, les ministres tombent de leur chaise. Le Soir titre : « La fissure qui inquiète le nucléaire belge ». La cuve de Doel 3 présente une craquelure de 20 mm et risque l’arrêt forcé. Tout comme Tihange 2, équipée de la même pièce. La sanction tombe : on ferme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs