Accueil Société

Wallonie: un soutien inédit de 1,1 milliard en provenance de la Banque européenne d’investissement

Jamais la Banque européenne d’investissement ne s’était montrée aussi généreuse avec la Belgique. La Wallonie investira dans l’efficacité énergétique et la reconstruction des zones sinistrées par les inondations.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Pour faire face aux besoins énormes générés par ses ambitions en matière de relance puis par la destruction d’une partie de son territoire lors des inondations de juillet, le gouvernement wallon avait sollicité toutes les sources de financement possibles, dont la Banque européenne d’investissement (BEI). Pari gagnant : ce vendredi, l’exécutif régional et la BEI ont signé un accord de financement qui porte sur un montant de 1,1 milliard qualifié d’« historique ».

Il s’agit en effet de la somme la plus importante versée par cette institution à la Belgique en une seule opération. Une première somme de 600 millions est disponible dès à présent. A l’origine, les contacts avaient été noués en vue du financement du plan régional de rénovation des logements publics. « Suite aux terribles inondations de juillet, la BEI a proposé de participer aussi au financement des coûts liés à la reconstruction des berges détruites ou endommagées durant les inondations », explique-t-on à Namur.

Un montant de 800 millions d’euros sera affecté à la rénovation énergétique de logements sociaux, soit une large part de l’investissement de 1,2 milliard prévu par le gouvernement qui ambitionne de remettre à neuf un total de 25.000 logements. « Avec un investissement moyen de 46.700 euros par logement, les travaux réalisés vont générer immédiatement des bénéfices perceptibles en termes de sécurité, salubrité et de confort mais aussi d’économie substantielle sur la facture énergétique des ménages les plus fragiles financièrement », souligne le gouvernement.

Le solde de l’apport de la BEI, soit 300 millions d’euros, ira donc à la reconstruction de 230 km de berges sur les cours d’eau non navigables. Le coût prévu de ce chantier est de l’ordre de 441 millions. Il s’agit de réparer mais aussi de prévenir de futures catastrophes. « Rien que dans le bassin de la Vesdre, 5.000 points nécessitant réparation ont été identifiés », est-il précisé.

Pour Elio Di Rupo, le ministre-Président wallon, « malgré le contexte actuel difficile, il est primordial pour la Wallonie de continuer à mener une politique d’investissement ambitieuse en matière de transition climatique. Les inondations de juillet dernier ont d’avantage renforcé cette nécessité. »

Kris Peeters, le vice-président, a souligné le caractère ambitieux de cette opération qui « apportera du confort aux habitants et permettra des économies d’énergie, tout en dynamisant l’économie wallonne et en diminuant son empreinte carbone. »

L’intervention de la Banque européenne d’investissement est évidemment un prêt, qu’il faudra rembourser. Ce qui n’effraye pas outre mesure Jean-Luc Crucke, le ministre wallon du Budget : « Les conditions sont excellentes. Cette diversification des sources de financement est saine. »

À lire aussi Aménagement du territoire: comment reconstruire après les inondations?

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Noelb Renzo, jeudi 9 décembre 2021, 12:07

    Et une dette, une... et la Wallonie ne se déclare pas en faillite ...

  • Posté par Fontesse Philippe, dimanche 5 décembre 2021, 12:57

    C'est bien mais ce n'est pas normal car pour beaucoup, ils étaient assurés mais n'ont eu que des miettes ou rien. La question se pose ici mais aussi dans d'autres cas, à quoi ça sert d'être assurer alors que les assurances font tout pour ne pas intervenir ou alors vraiment le minimum. Pourtant chaque année, elles augmentent.

  • Posté par J.-M. Tameyre, vendredi 3 décembre 2021, 16:27

    Vu le déficit budgétaire récurrent, et maintenant exponentiel, de ce tonneau des danaïdes, il y a belle lurette que cet argent a déjà été dépensé. Et comment va Stéphane Moreau, pour ne parler que de lui ?

  • Posté par Bartet Guy, vendredi 3 décembre 2021, 16:06

    Reconstruire les peut-être bien mais à la prochaine grosse crue, il faudra recommencer. Ne vaut-il pas mieux prendre des mesures pour ne plus construire trop près des rivières ? C'est évidemment plus difficile à décider

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko