Accueil Les livres cadeaux du Soir

Eluard, ce goujat

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

En 1948, Jacqueline Duhême a vingt ans. Elle est ouvrière aux usines Jaeger. Un après-midi, sa vie bascule. Le grand Paul Eluard, 52 ans, vient lire ses poèmes à son atelier. Jacqueline tombe illico sous le charme du poète, qui lui sort le grand jeu. Sans doute se joue-t-il de la candeur de la demoiselle. Du jour au lendemain, celle-ci se met à lui envoyer des tas de lettres alanguies, joliment calligraphiées, qu’elle accompagne de dessins désarmants, emplis d’une tendre fraîcheur. Chaque enveloppe devient même un petit tableau. Eluard, qui ne répond presque jamais, s’en désintéresse. Ce livre doux, qui reproduit l’évolution de la correspondance, retrace l’évolution du sentiment entre la groupie et son idole. C’est beau et cruel. On découvre ici le talent de la demoiselle. Eluard, ce goujat, n’en sort pas grandi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Quincy Jones: «Aimer, rire, donner»

Quincy Jones, c’est le grand sorcier de la musique noire américaine des années 60 à 80. Dans ses « Mémoires », il se raconte, anecdotes et philosophie de vie comprises.

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs