Accueil Société

L’armée belge s’entraîne sur son simulateur de bataille

Grâce à une sorte de jeu vidéo, les militaires belges peaufinent leurs connaissances du terrain tout en restant à la caserne. Une option qui génère d’importantes économies mais qui doit rester complémentaire aux entraînements, insistent les officiers. Le ministre de la Défense acquiesce.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Une jeune femme vêtue de kaki est allongée sur le sol derrière son imposant lance-missiles. A ses côtés, son collègue scrute son écran. Il lui conseille de diriger son arme un peu plus à droite. « Ca y est, dit-il, tu es sur le char. Bloque et fait feu ! » La jeune femme appuie sur la détente. Sur l’écran, le collègue suit le missile qui change soudain de direction avant de s’écraser sur la cible. Mission réussie. Le tir aurait pu se dérouler en opération militaire en Afghanistan ou ailleurs. Il s’agissait pourtant d’un exercice, virtuel, pratiqué dans le domaine militaire de Bourg-Léopold, dans le Limbourg. Des simulations comme l’armée belge, à l’image de ses partenaires français, anglais ou allemands et espagnols, en pratique de plus en plus grâce à des outils dont elles se sont dotées et que le ministre de la Défense, Steven Vandeput, est venu découvrir ce mercredi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Enquête Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Quatre interpellations et 16 perquisitions ont été réalisées ce vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption menée par le parquet fédéral. Un ancien eurodéputé et le patron de la Confédération internationale des syndicats ont été privés de liberté, soupçonnés d’avoir reçu les faveurs du Qatar. Révélations du « Soir » et de « Knack ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs