Accueil Monde Europe

La Russie prépare une offensive contre l’Ukraine impliquant jusqu’à 175.000 hommes

La Russie prépare une offensive contre l’Ukraine impliquant jusqu’à 175.000 soldats dès l’an prochain, affirme vendredi le Washington Post, rejoignant les craintes de Kiev quant à une telle éventualité.

Temps de lecture: 2 min

Moscou se prépare à lancer «100 bataillons composés de groupes tactiques avec un effectif estimé à 175.000 hommes, ainsi que des chars, de l’artillerie et autres équipements», a affirmé un haut responsable américain au quotidien américain sous condition d’anonymat.

Interrogé par l’AFP, le Pentagone s’est refusé à commenter des informations concernant le renseignement, mais a indiqué être «très préoccupé par les preuves faisant état de plans de la Russie en vue d’actions agressives contre l’Ukraine». «Nous continuons à soutenir la diminution des tensions dans la région et une solution diplomatique au conflit dans l’est de l’Ukraine», a affirmé le porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Tony Semelroth.

Les forces russes sont en train de se concentrer à quatre endroits différents avec 50 groupes tactiques de combat, affirme le Washington Post, citant un document militaire américain. Joe Biden a fait monter d’un cran la pression sur la Russie vendredi en disant préparer des «initiatives» pour défendre l’Ukraine en cas d’invasion, suite à la concentration de troupes russes près de la frontière ukrainienne.

Fin des préparatifs en janvier

Les services de renseignement ukrainiens estiment que «la période la plus vraisemblable» pour l’achèvement des préparatifs russes en vue d’une «escalade d’envergure» est la fin du mois de janvier, a déclaré devant le Parlement le ministre ukrainien de la défense, Oleksiï Reznikov.

Le président américain et son homologue russe Vladimir Poutine doivent prochainement discuter, en visioconférence, des tensions autour de l’Ukraine, sept ans après l’annexion russe de la Crimée et la prise de contrôle d’une partie de l’est de l’ancienne république soviétique par des forces séparatistes pro-russes.

À lire aussi Crise aux frontières avec la Biélorussie: «Poutine fait partie du problème, pas de la solution!» À lire aussi Les Etats-Unis avertissent l’Europe d’une possible invasion de l’Ukraine par la Russie

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par KOWINSKI ROBERT, samedi 4 décembre 2021, 17:55

    Ce ne sera pas une offensive, mais une simple promenade parce que les combat ne seront pas nécessaires. Les Occidentaux sont devenus vraiment gaga, naïfs et impuissants. Honteux.

  • Posté par Bertrand Christophe, samedi 4 décembre 2021, 19:41

    C'est grotesque . Poutine n'a pas les moyens de se permettre une telle aventure et il n'est pas fou .

  • Posté par Bastin Eric, samedi 4 décembre 2021, 18:28

    C'est ce qu'on pouvait dire des démocraties occidentales face à la puissance militaire allemande dans les années trente et à la détermination d'Hitler. Il y eut la guerre éclair (pas tout à fait une promenade, mais pas loin). Vous connaissez la suite ...

  • Posté par Fontesse Philippe, samedi 4 décembre 2021, 14:44

    Riposter, l'Europe allait le faire pour la Crimée hors rien n'a été fait, de plus, nous dépendons du gaz fourni par la Russie et la solution pour arrêter les centrales nucléaires, c'est le remplacement par des centrales au gaz donc on sera encore plus dépendant de Poutine. En jouant avec les migrants, l'Europe sera prise à différentes frontières et les politiciens européens ont songé à diminuer les effectifs des armées ainsi que pour certains, du matériel. Comment pourrions nous faire quelque chose dans ce cas?

  • Posté par Bastin Eric, samedi 4 décembre 2021, 12:46

    Les Américains et l'Otan devraient faire savoir que cette fois, si les autorités légitimes ukrainiennes appelaient l'aide la communauté internationale, ils n'hésiteront pas à intervenir militairement "quoiqu'il en coûte", non certes pour arrimer l'Ukraine au "bloc" occidental, mais au nom du droit pour les Ukrainiens à l'intégrité de leur territoire, et pour que Poutine prenne conscience que les Occidentaux sont capables de répliquer à la force par la force, et qu'il doit dès lors intégrer cette donnée dans ses calculs stratégique. Dans le même temps, il serait bon qu'ils renoncent publiquement et sans la moindre ambiguïté à tout ce qui, de près ou de loin, fait craindre à la Russie une intégration de l'Ukraine dans l'Otan, légitimement inacceptable pour un ex-empire qui se sent, à bon droit, encerclé depuis la fin de la Guerre froide.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs