Accueil Monde France

Présidentielle française: Valérie Pécresse désignée candidate pour Les Républicains

Fin du suspense: Valérie Pécresse sera la candidate de LR à la présidentielle de 2022, première femme à représenter la droite dans cette élection suprême, et aura la lourde mission de conduire à la bataille une droite menacée d’asphyxie.

Temps de lecture: 3 min

La présidente de l’Ile-de-France, favorite avec sa ligne libérale et ferme, a remporté 60,95% des voix à l’issue du congrès, contre 39,05% au très droitier député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti.

«Pour la première fois de son histoire, notre famille politique va se doter d’une femme à l’élection présidentielle», s’est félicitée Valérie Pécresse, en promettant de «tout donner» pour «faire triompher nos convictions».

«La droite républicaine est de retour», a-t-elle ajouté sous les applaudissements, en promettant de «rassembler» sa famille politique, qui a payé cher ses divisions ces dernières années.

Eric Ciotti s’est aussitôt rangé «derrière Valérie Pécrese qui va porter nos espoirs» et a annoncé qu’il la recevrait lundi dans son village de Saint-Martin-Vésubie, pour un premier déplacement commun.

«Si on est là, tous les candidats, c’est pour montrer l’unité», avait affirmé à son arrivée Xavier Bertrand, pour qui «sans unité il n’y a pas de victoire possible».

Signe de cette unité, les trois candidats éliminés au premier tour (Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin, qui s’étaient rapidement ralliés à Valérie Pécresse) étaient en effet présents au siège de LR.

Porteuse d’une ligne d’«ordre» sur la sécurité et libérale sur l’économie, Valérie Pécresse, ancienne ministre du Budget, s’est plusieurs fois targuée d’être «au barycentre» de la droite et donc capable de la rassembler.

«Je porterai un projet de franche rupture, j’ai le courage de dire et la volonté de faire, je n’aurai pas la main qui tremble face aux adversaires de la République», a-t-elle lancé samedi, en promettant de «redresser les finances de la France».

Mais «nous ne gagnerons qu’en tournant le dos à la prudence, source d’immobilisme», a averti Eric Ciotti. Car «si notre famille n’assume pas ses valeurs de droite, elle n’arrivera pas à ramener vers elle ceux qui sont partis soit vers Eric Zemmour et Marine Le Pen, soit vers Emmanuel Macron», avait-il averti avant l’annonce des résultats.

«Rassembler»

Devant le siège de LR où s’étaient réunis une vingtaine d’adhérents, Carole, 65 ans, se félicitait du choix d’une femme «hyper dynamique, compétente»: «On est contents».

«C’est l’union qui gagne. Elle est capable de rassembler toute notre famille», a affirmé Regis Ngoma, 46 ans.

Battu au deuxième tour en 2012, éliminé dès le premier en 2017... LR a certes affiché de beaux scores aux élections intermédiaires (municipales et régionales notamment), mais en 2022, soit il accède au second tour, soit son avenir de grand parti à vocation gouvernementale sera compromis.

Le parti gaulliste reste pour le moment à la traîne dans les sondages, où Valérie Pécresse est créditée de 10 à 11%, loin derrière Emmanuel Macron et l’extrême droite. LR espère que cette faiblesse était due à l’absence de visibilité et que la désignation donnera un coup de fouet à sa candidate dans l’opinion.

Mais le parti doit aussi sortir de la tenaille qui réduit son espace vital, entre la macronie qui tente d’attirer une partie de l’électorat de droite, et l’extrême droite désormais représentée par deux candidats: Marine Le Pen et Eric Zemmour.

Ce dernier a officialisé sa candidature mardi, à la veille de l’ouverture du congrès LR, avant un grand meeting dimanche, au lendemain du résultat du match Pécresse/Ciotti.

Côté majorité, c’est lundi qu’a été lancée la «maison commune» fédérant les paris soutenant la réélection d’Emmanuel Macron.

Valérie Pécresse devra aussi composer en ce début de campagne avec la circulation accrue de l’épidémie de coronavirus qui entrave la tenue du premier meeting prévu samedi 11 décembre.

«Compte tenu des conditions sanitaires évidentes, nous ne tiendrons pas le meeting en physique tel qu’il était prévu», a indiqué Christian Jacob.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Degive Albert, samedi 4 décembre 2021, 15:38

    Emmanuel 2. En outsiders, le moche et la vilaine

  • Posté par Bastin Eric, samedi 4 décembre 2021, 15:16

    Avec ses 39 %, Eric Ciotti parvient tout de même à s'imposer comme vice-candidat - tel était du moins le ton de son discours de défaite plus qu'honorable, les autres candidats à la primaire éliminés au premier tour ayant tous appelé à voter Valérie Pécresse. L'allocution de cette dernière a encore montré ses piètres talents oratoires. Les Républicains regretteront peut-être de ne pas avoir fait un autre choix : Barnier pour la stature et la compétence internationale, voire Ciotti pour sa constance dans la ligne qu'il défend et le charisme qu'il a révélé au cours de cette primaire.

  • Posté par dams jean-marie, samedi 4 décembre 2021, 15:09

    Un boulevard pour Macron!

  • Posté par Bastin Eric, samedi 4 décembre 2021, 15:24

    Eric Zemmour et Marine Le Pen vont aussi pouvoir se réjouir, à double titre : (1) une ligne proche de la leur attire près de 4 militants LR sur 10 ; (2) et, en même temps, la défaite de Ciotti leur évite à chacun un deuxième concurrent sur le même terrain, ce qui aurait fait beaucoup ...

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs