Accueil Monde France

«Pécresse s’est construit l’image d’une femme à poigne»

Désignée candidate à la présidentielle, Valérie Pécresse ne négligera aucune composante de la droite. Eric Ciotti, fort d’un score important chez les militants, sera son « Charles Pasqua » pour capter les électeurs tentés par Eric Zemmour.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Nathalie Schuck est grand reporter au Point. Avec Olivier Beaumont, elle est l’autrice de « Chérie, j’ai rétréci la droite » (éditions Robert Laffont). Elle analyse l’investiture à droite de Valérie Pécresse.

Pour paraphraser le titre de votre livre, ce samedi, c’est « Chérie, j’ai réveillé la droite » ?

Cela fait deux fois que la droite perd la présidentielle. Elle se retrouve avec un personnel politique quinquagénaire, qui se dit que c’est la dernière occasion sans doute, vu le rajeunissement de la classe politique, de récupérer des postes, des ministères. La droite est donc extrêmement déterminée et prête à tout pour détrôner Emmanuel Macron. A force de la picoter, la tisonner, à force de chercher à lui prendre ses plus beaux cerveaux, il l’a poussée, oui, à se réveiller.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs