Accueil Société

«Tout augmente, sauf nos salaires»: environ 6.000 personnes rassemblées à la manifestation nationale

Des militants de la FGTB et de la CSC manifestent contre la loi sur la norme salariale, qui empêche une augmentation décente des salaires, pour une hausse du pouvoir d’achat et afin de revendiquer le respect des droits syndicaux. Si la manifestation est bruyante, avec beaucoup de pétards, elle se déroule jusqu’ici sans incident.

Temps de lecture: 4 min

Le cortège de la manifestation syndicale rassemblant environ 6.000 militants de la FGTB et de la CSC s’est élancé sur le coup de 11h00 depuis le siège de la Confédération européenne des syndicats, situé à proximité de la gare du Nord à Bruxelles. Les manifestants se dirigent à présent vers le boulevard de l’Empereur et le Mont des Arts où Thierry Bodson, président de la FGTB, et Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC, prendront la parole. Les syndicats manifestent contre la loi sur la norme salariale, qui empêche une augmentation décente des salaires, pour une hausse du pouvoir d’achat et afin de revendiquer le respect des droits syndicaux.

POLITICS TRADE UNIONS PROTEST (2)
Belga.

« Je suis là car on voit que tout augmente, sauf nos salaires », témoigne Abygaelle, une manifestante et travailleuse des titres-services à Charleroi. « Je travaille pour 12,30 euros de l’heure et j’ai déjà atteint mon maximum. C’est trop peu pour vivre décemment, surtout qu’il y a très peu de temps-plein disponibles dans mon secteur. »

La jeune femme se dit aussi préoccupée par la récente condamnation de syndicalistes liégeois ayant pris part à une action de blocage routier il y a cinq ans. « Nous avons besoin de nos délégués pour mettre la pression. C’est tout ce qu’il nous reste. »

Gilberte, une retraitée carolo de 68 ans, issue du même secteur, est venue « soutenir les jeunes et montrer que les retraités subissent les mêmes choses que les actifs. » Après 33 ans d’une carrière débutée à 16 ans, elle évoque sa retraite de 1.200 euros qui l’oblige à surveiller de près sa consommation de gaz et électricité.

Thierry Bodson.
Thierry Bodson. - Belga.

Derrière une grande banderole « Le pouvoir d’achat ne tombe pas du ciel », Thierry Bodson, président de la FGTB, rappelle que le message de la manifestation est double : « Les libertés syndicales sont menacées par de récents jugements. Nous avons été condamnés pour une action que nous avons rejointe mais pas organisée. Cela met à mal le rapport de force que nous devons avoir. »

Autre enjeu capital pour le syndicaliste : le pouvoir d’achat. « Les prix de l’énergie sont un réel problème pour de nombreux ménages. Il faut une action du monde politique mais aussi des employeurs. »

« Les gens voient les prix augmenter dans les magasins et à la pompe, alors que l’adaptation au bien-être n’augmente que de 0,4 % », déplore Mathieu Verjans, secrétaire national de l’ACV, le syndicat chrétien flamand. « Les dividendes des actionnaires peuvent, eux, augmenter davantage. C’est un message aux employeurs et au gouvernement. Cette loi sur la norme salariale doit être modifiée. »

Transports perturbés

Les réseaux de transports en commun bruxellois et wallon sont perturbés. A Bruxelles, seule la ligne de métro 1 et les trams 3, 4, 7, 8, 9, 51, 92 circulent. Les autres lignes de métro et de tram ne rouleront pas aujourd’hui, indique la société de transports en commun bruxelloise (Stib) sur Twitter. Les lignes de bus 12, 34, 36, 46, 53, 54, 56, 59, 65, 71, 74, 78, 87, 88 et 95 sont elles exploitées.

Le réseau du TEC est également perturbé en raison de la manifestation nationale. Des dizaines de lignes sont concernées à travers toutes les provinces. Certains bus ne circulent pas du tout et sur d’autres lignes, des voyages sont supprimés. Les voyageurs peuvent s’informer via la page Facebook du TEC .

En Flandre, environ six lignes de bus et de tram sur dix roulent. C’est la deuxième fois que le système «de continuité du service» est organisé chez De Lijn, une offre de service alternatifs en cas de grève.

La SNCB ne devrait pas connaître de perturbation spécifique liée à la manifestation nationale, les trains permettant d’acheminer les protestataires vers la capitale. Cependant, la société de chemins de fer a dû supprimer temporairement quelque 120 trains en raison du nombre élevé de contaminations au coronavirus au sein de son personnel.

Des embarras de circulation sont également à prévoir sur la route à Bruxelles, le long du parcours de la manifestation qui mène de la gare du Nord à la gare Centrale, via la Petite Ceinture (R20) et les boulevards centraux. La police de Bruxelles Capitale Ixelles conseille d’éviter ces secteurs.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Fontesse Philippe, lundi 6 décembre 2021, 20:50

    A quoi sert une augmentation salariale si en contrepartie le reste augmente surtout les taxes pour payer les nombreux ministres, hémicycles et ce qui les entourent.

  • Posté par Chalet Alain, lundi 6 décembre 2021, 13:31

    la loi sur la norme salariale, qui empêche une augmentation décente des salaires... Sans guillemets! Voilà qui indique une prise de position du Soir, bien dans sa ligne de plus en plus populiste et irresponsable.

  • Posté par Chalet Alain, lundi 6 décembre 2021, 13:28

    Cette manif (comme tant d'autres) est le symbole de la non-responsabilité actuelle: c'est "le système" qui doit s'occuper de ma santé, de mes revenus et de mon bien-être. Moi, je ne suis responsable de rien, je ne dois pas réfléchir, je ne dois rien comprendre et je ne dois faire aucun effort. Mais j'irai manifester pour ma "liberté"... de ne rien respecter. Donc je veux tous les droits et aucun devoir.

  • Posté par Delpierre Bernard, lundi 6 décembre 2021, 12:50

    C'est vrai que les prix augmentent mais au moins nous bénéficions de l'indexation automatique des salaires, pensions et allocations sociales contrairement aux autres pays. Peut-être aussi qu'au lieu de suivre les lubies d'Ecolo, la fgtb ferait bien de rappeler que le nucléaire (centrales déjà amorties) peut encore produire selon des conditions financières acceptables et que le salut pour l'avenir de l'énergie passe aussi par de nouvelles structures nucléaires que cela plaise ou non...

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko