Accueil Monde France

Enquête ouverte après des violences à l’intérieur du meeting d’Eric Zemmour

Confiées à la Sûreté départementale, les investigations portent notamment sur des violences contre des militants de SOS Racisme présents lors de la première réunion publique de la campagne présidentielle de M. Zemmour et sur l’empoignade du candidat par un individu avant son entrée en scène.

Temps de lecture: 2 min

Une enquête a été ouverte sur « les faits de violences commis à l’intérieur du meeting » du polémiste d’extrême droite Eric Zemmour dimanche au Parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis), a indiqué lundi le parquet de Bobigny.

Confiées à la Sûreté départementale, les investigations portent notamment sur des violences contre des militants de SOS Racisme présents lors de la première réunion publique de la campagne présidentielle de M. Zemmour et sur l’empoignade du candidat par un individu avant son entrée en scène. L’homme a été aussitôt exfiltré puis interpellé par la police.

L’entourage d’Eric Zemmour a indiqué dans la soirée qu’il souffrait d’une blessure au poignet et s’était vu prescrire neuf jours d’interruption temporaire de travail (ITT).

Des violences ont également éclaté au début du discours du candidat lorsqu’une dizaine de militants de SOS Racisme présents dans le public ont dévoilé des T-shirts formant le slogan « non au racisme ».

Ils ont reçu des coups et ont été visés par des jets de chaises, selon la vidéo diffusée par l’association antiraciste.

Plusieurs courses-poursuites ont eu lieu à l’arrière de la salle pour les exfiltrer, dans une grande confusion. La situation est revenue au calme au bout d’une dizaine de minutes.

Un membre de la sécurité a évoqué « quelques militants antifas » exfiltrés, leur reprochant d’avoir voulu semer le trouble.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Framboise Rémi, lundi 6 décembre 2021, 22:05

    Il faut bien du courage pour aller dénoncer le racisme au milieu des racistes. Ces racistes qui soi-disant défendent la liberté d'expression mais qui tabassent des gens pour leurs opinions!

  • Posté par Roland Jean-Yves, lundi 6 décembre 2021, 15:22

    Il ne me viendrait pas à l'esprit d'aller à un concours de chats accompagné de mon chien. Certains, oui. Qu'ils assument, donc. Sérieusement, on ne manifeste pas ses opinions dans le rassemblement d'un autre parti politique ou alors on assume les risques éventuels. Mais il faut reconnaitre, au résultat, que cette provocation orchestrée et médiatisée a bien servi ces antifas qui savent se montrer tout aussi violents dans la rue. Des infiltrés, donc, qui en temps normal, affrontent les autopompes et les flashballs.

Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs