Accueil Belgique Politique

Manifestation nationale: la difficile mobilisation syndicale

La manifestation de ce lundi organisée par la FGTB et la CSC a réuni 6.000 personnes à Bruxelles (3.200, selon la police). Ce n’est pas un échec mais cela ne doit pas occulter les difficultés auxquelles est confronté le syndicalisme.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Le scénario le plus pessimiste évoquait 3.000 à 4.000 participants ; le plus optimiste, 10.000. Ils étaient finalement 6.000 à défiler (3.200, selon la police) pour réclamer des mesures de soutien au pouvoir d’achat et la défense des libertés syndicales. Un nombre peu élevé au regard des manifestations précédentes et de la mobilisation réussie par les adversaires de mesures sanitaires, le 21 novembre dernier (35.000 personnes, un dimanche) et ce 5 décembre (10.000). Un résultat qu’il convient de décoder.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Groetaers Jean-Pierre , mardi 7 décembre 2021, 12:26

    C’est pas mal pour un lundi. !

  • Posté par L. D., lundi 6 décembre 2021, 22:52

    3200 selon la police, les nostalgiques du Front Populaire et des soixante-huitards nostalgiques, car ils n'ont pas retourné leurs vestes comme ceux qui ont réussi leur vie. Ils n'ont toujours pas compris que ce n'est pas comme cela que la Flandre est devenu prospère.

  • Posté par Deroubaix Jean-Claude, lundi 6 décembre 2021, 20:15

    En parlant du pouvoir d'achat et non du salaire, les syndicats se mettent eux-même la corde au cou. En ne soutenant pas les mouvements pour le respect des droits politiques et sociaux en général mais seulement pour défendre leurs chefs, ils finissent par s'isoler. En s'alignant sur les règles "sanitaires" et policières imposées par le gouvernement de droite, ne se rendent-ils pas compte qu'ils en font le jeu, en séparant les luttes syndicales des luttes sociales. On les a connus plus offensifs (à raison) pour la dépénalisation de l'avortement. Ils n'ont même pas pensé à mettre à l'honneur de leur manifestation les infirmières et les autres soignants et les autres travailleurs qu'on menace de licencier pour raison de non-vaccination. Tout cela est bien médiocre alors que nous aurions besoin d'un mouvement syndical pour rassembler les luttes éparpillées pour l'instant.

  • Posté par Martin Roland, lundi 6 décembre 2021, 20:44

    "Ils n'ont même pas pensé à mettre à l'honneur de leur manifestation les infirmières et les autres soignants et les autres travailleurs qu'on menace de licencier pour raison de non-vaccination" : non, car il s'agirait d'un déshonneur, d'une injure à la médecine moderne et les syndicats ne souhaitent pas passer à nouveau pour des organisations dignes du moyen-âge. Ces "soignants" antivax covidiots, vecteurs de maladie nosocomiale comme le covid, n'ont pas leur place dans nos hôpitaux, ni dans aucun autre.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs