Accueil Économie

Kinshasa Papers: le Congo aussi aime les offshores...

La fuite de documents du cabinet Mossack Fonseca révèle aussi les montages de sociétés des Congolais et des résidents étrangers à Kinshasa. Dont quelques Belges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Révélés début avril par le truchement de l’International Consortium of Investigative Journalists et le Süddeutsche Zeitung, les Panama Papers ne dévoilent pas seulement les montages offshores de 732 résidents belges et résidents étrangers en Belgique. Ils mettent aussi à nu les montages de Belges et autres étrangers résidents en République démocratique du Congo, parfois avec la complicité du sommet de l’État.

Vu de Belgique, il n’est pas certain que ces montages soient directement répréhensibles : les Damseaux, Moerloose et Rawji sont résidents fiscaux congolais de longue date. La seule question piquante est celle de la gouvernance fiscale de la République démocratique du Congo : Kinshasa semble tolérer les montages offshores de ses résidents, ce qui réduit d’autant son assiette fiscale. Or une meilleure gouvernance réduirait sans doute les besoins du Congo en aide au développement – en 2014, la seule Belgique a soutenu ce pays à hauteur de plus de 113 millions d’euros.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs