Accueil Société

Joëlle Durbecq (Cliniques St. Luc) sur la vaccination des soignants: «Sans ces infirmiers, les hôpitaux ne tournent pas»

Ce mardi, le personnel soignant manifeste pour réclamer la fin des sanctions pour les non-vaccinés, notamment l’interdiction d’exercer s’ils refusent la vaccination.

Temps de lecture: 2 min

Joëlle Durbecq, Directrice du Département Infirmier aux Cliniques St-Luc, était l’invitée de La Première ce mardi matin.

Un manque de personnel

La pénurie infirmière ne date pas d’hier. Elle était prévisible depuis quelques années, « et nous touche de plein fouet », selon Joëlle Durbecq. « Nous avons énormément de personnel malade ou absent pour des raisons de covid ou par exemple parce que les classes ferment. Peu importe les raisons, il nous manque des temps pleins. »

Des unités de soins qui ferment

« Nous avons dû fermer 108 lits sur 1000. Cela représente entre trois et quatre unités de soin que l’on ne sait pas assurer pour l’instant. » Cette grève, même si la Directrice du département la comprend, met les patients et le reste du personnel en difficulté. « Mais parfois, la grève est le seul moyen de s’exprimer. »

Du personnel non vacciné ?

En tant que soignante, Joëlle Dubercq ne comprend pas les personnes qui refusent de se faire vacciner. « Mais derrière ce refus, il y a plein d’autres choses cachées. » A cause de cette obligation vaccinale, l’hôpital risque de perdre plusieurs soignants, alors que la situation est déjà très compliquée. Pour Joëlle Durbecq : « il faut une obligation vaccinale, mais il faut y arriver sans ces sanctions-là. » C’est-à-dire, en arriver à une interdiction d’exercer la profession.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Rinchon Bernard, mardi 7 décembre 2021, 9:47

    Dans le secteur des soins de santé, la première violence n’est pas l’obligation vaccinale mais bien la mise en doute de la science. Bientôt un retour à la hache et au silex ? Aux saignées et aux sangsues ? Si les syndicats défendent avec tant d’ardeur 10 ou 20% des affiliés réfractaires à la vaccination, ils nient les efforts de 80 ou 90% de leur base. Il faudra beaucoup de gesticulations et de paroles pour faire oublier cette évidence.

  • Posté par Dedecker Nicolas, mardi 7 décembre 2021, 9:12

    Aucune raison de se faire vacciner si on est pas à risque. Le vaccin n’empêche aucunement les contaminations. Courage aux soignants libres, on est avec vous!

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 7 décembre 2021, 15:13

    M. Dedecker n'a qu'un seul objectif, déstabiliser la société. Tous les moyens sont bons.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 7 décembre 2021, 9:34

    <Dedecker> et sa désinformation permanente. Ce n'est pas parce que le vaccin ne protège pas à 100% contre la contamination, qu'il ne protège <pas du tout>. "Raisonnement" (si l'on peut utiliser ce mot...) biaisé. Et encore et toujours le même discours qui déforme et manipule sans arrêt.

  • Posté par Rabozee Michel, mardi 7 décembre 2021, 9:12

    Si je reprends les mots de Mme Durbecq: "«Sans ces infirmiers, les hôpitaux ne tournent pas»" ==> Avec ces infirmiers, les hôpitaux sont des endroits où l'incidence est la plus élevée (avec les écoles), voir l'Echo d'aujourd'hui, qui rapporte les résultats de la KULeuven et d'Idewe, le plus grand service externe de prévention et de protection au travail en Belgique, concernant les incidences de contamination, ventilées par code NACE - c'est à dire par profession pour dire simplement -: [https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/general/l-ecole-reste-l-epicentre-des-contaminations-au-coronavirus/10351747.html] ==> "Les incidences les plus élevées se situent principalement dans les secteurs où les contacts à haut risque et les contacts avec les jeunes sont fréquents, tels que l'enseignement (2.739) et les soins de santé (2.667).".

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko