Accueil Monde France

Coronavirus: Raoult coupable d’avoir vanté un traitement sans «aucune donnée confirmée»

Temps de lecture: 2 min

La Chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine a infligé un blâme au professeur Didier Raoult pour avoir communiqué « des informations qui ne s’appuyaient sur aucune donnée confirmée » en promouvant l’hydroxychloroquine comme traitement contre le covid, a-t-elle justifié dans sa décision transmise mardi à l’AFP.

La Chambre avait adressé vendredi un blâme à l’infectiologue marseillais sans rendre publique jusqu’ici les motivations de cette sanction.

Elle n’a en revanche pas retenu les accusations de « charlatanisme » et de prises de « risque injustifié » pour avoir prescrit ce traitement à des patients, malgré son absence d’effet prouvé.

« Le professeur Raoult a, au travers de différents médias et notamment sa propre chaîne au sein du média YouTube, donné des informations qui ne s’appuyaient sur aucune donnée confirmée, sans faire preuve de la prudence nécessaire alors qu’ont existé très rapidement de profondes incertitudes sur les traitements appropriés au covid », a détaillé l’instance basée à Bordeaux.

La chambre considère ainsi que le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU) de Marseille a enfreint l’article 12 du code de déontologie, qui oblige les médecins à communiquer avec « prudence » auprès du grand public et sur la base de « données » scientifiques « confirmées ».

La chambre retient également que Didier Raoult a « divulgué dans les milieux médicaux un procédé nouveau de traitement insuffisamment éprouvé » sans les « réserves qui s’imposaient ».

Didier Raoult a aussi « manqué à son devoir de bonne confraternité » en s’exprimant « de manière peu correcte, discourtoise, voire agressive » à l’encontre d’autres médecins, ajoute la chambre, dont le blâme, infligé vendredi à l’infectiologue marseillais, est susceptible d’appel.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mardi 7 décembre 2021, 17:18

    On pourrait aussi sanctionner les fabricants de vaccins anti covid. Etant donnée la rapidité avec laquelle l'effet du vaccin s'estompe. On est déjà à la troisième dose. La quatrième suivra très certainement. On est loin des chiffres claironnés au début de la vaccination. Rassurez-vous, c'est un presque triple vacciné qui le dit.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 8 décembre 2021, 0:12

    Les chiffres "claironnés" au début de la vaccination portaient sur le niveau de la protection contre une infection symptomatique au "variant" dominant à l'époque des essais de phase III (souche Wuhan avec la mutation 'D614G' responsable de la première vague en Europe). Absolument pas sur la durée de persistance de cette protection (qui était évidemment inconnue avant que le temps nécessaire pour le constater ne s'écoule), ni sur une efficacité équivalente et bien conservée contre les infections dues aux formes mutées du virus (alpha, puis delta actuellement). <La critique est aisée, mais l'art est difficile>, n'est-il pas <Yamedjeu> ? Ce qu'il faut surtout retenir, c'est que la protection contre les formes graves de la maladie reste elle absolument "non négligeable", et que rien encore ne permet de préjuger de la durée de protection de cette "dose de rappel" ; et c'est un (tout récent) triple vacciné qui le dit...

  • Posté par Rambeaux Paul, mardi 7 décembre 2021, 13:05

    Il ne s'agit ici que d'une première procédure, qui porte sur des faits antérieurs à l'été 2020. D'autres devraient suivre.

  • Posté par collin liliane, mardi 7 décembre 2021, 12:32

    L'Ordre des médecins inflige des sanctions selon la séquence suivante: avertissement, blâme et radiation. Ce type qui a causé la mort de personnes qui se sont fiées à ses conseils foireux aurait mérité la radiation. Mais bon, entre chers collègues ...

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 8 décembre 2021, 9:32

    Un blame ordinal est une sanction lourde, que Raoult mérite incontestablement. Fallait-il le sanctionner plus lourdement? Pas certain dans le contexte. Souvenez-vous de Macron se rendant à Marseille pour lui rendre hommage, sans que l'Agence Française du Médicament ne rappelle à ce jeune président les règles qui président à la validation d'un traitement. Il faut dire aussi que la FDA a approuvé l'HCQ pendant deux mois, avant de faire marche arrière.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs