Accueil Opinions Chroniques

«Lettre de la City»: Le London Stock Exchange, entre grandeur et décadence

La plus ancienne et la plus importante place financière d’Europe est tombée au huitième rang mondial en termes de capitalisation boursière. Le « LSE » est pris dans une spirale infernale dont il lui est très difficile de s’extirper.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Sièges en cuir beige, murs blancs, plantes exotiques artificielles, meubles de bureau couleur laque et écrans de télévision plats omniprésents : ici, tout est fait pour que, après la porte tournante de l’entrée, le profane se métamorphose en un businessman international muni de tous les atours. A commencer par l’hôtesse vêtue d’une sorte de kimono noir dessiné par un designer à la mode à qui le visiteur a envie de commander champagne et caviar à volonté. Baptisée « The Source », une énorme sculpture faite de 729 boules blanches domine l’atrium. A l’image des actions et obligations, elles montent et descendent…

De nos jours, il faut être bien hardi pour se prévaloir sans honte d’une Bourse qui ressemble… à un hôtel de luxe ou à un centre de remise en forme haut de gamme. Démutualisé en 2000, coté un an plus tard, le London Stock Exchange est pourtant le portrait officiel de la City. By Appointment of Her Majesty The Queen !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs