Accueil Culture Scènes

Agnès Mateus, la mégère désapprivoisée

Comme son titre l’indique, « Rebota rebota y en tu cara explota » (Ça rebondit, ça rebondit et ça t’éclate en pleine face) tire à boulets punk sur la violence faite aux femmes. Au Théâtre National.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Vous voyez les lances-balles de tennis ? Agnès Mateus nous fait un peu cet effet-là sauf que ses projectiles ne sont pas des balles physiques mais des boulets métaphoriques, des joutes verbales, des tableaux surréalistes, des invectives tranchantes. Avec Rebota, Rebota y en tu cara explota (« Ça rebondit, ça rebondit et ça t’éclate en pleine face »), la performeuse catalane tient les promesses de son titre puisque le spectacle nous balance une somme de faits explosifs sur la violence faite aux femmes, mais aussi quelques analyses impétueuses sur les stéréotypes attribués aux rôles féminins dans la culture et, plus généralement, dans l’imaginaire collectif, le tout avec une puissance qui vous éclabousse de mille manières.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs