Accueil Société

Après 24 jours de grève, la situation à l’intérieur des prisons est très variable

Un détenu est mort, poignardé, à l’annexe psychiatrique de la prison de Lantin. Il n’est pas établi que ce drame a le moindre rapport avec la grève des agents pénitentiaires. Mais il est clair qu’à Lantin comme à Forest, la situation est devenue catastrophique. Dans les autres établissements en grève, les commissions de surveillance pénitentiaire font état de situations « difficiles » qui demeurent toutefois tenables grâce au courage et à l’abnégation des directions et des agents non grévistes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Après 24 jours de grève des gardiens, la situation dans les prisons est très variable, selon les membres des commissions de surveillance pénitentiaire (CSP) que nous avons pu joindre : elle est catastrophique à Lantin et à Forest, préoccupante à Saint-Gilles, difficile ailleurs : « C’est pénible, mais ce n’est pas le camp de concentration qu’on a parfois décrit dans la presse », résume Bernard Woitrin, le président du CSP d’Andenne. Et ce n’est pas seulement une affaire d’infrastructures. Seule véritable constante : partout, les CSP – des organes indépendants chargés d’assurer un contrôle sur les prisons et sur le traitement réservé aux détenus – soulignent le courage et l’abnégation des directions et des agents non grévistes qui, malgré leur épuisement, se multiplient en tous lieux pour faire face aux urgences.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs