Accueil Médias

Démission d’Alexandra Jaspar de l’APD: une claque pour le Parlement

La démission d’Alexandra Jaspar de son mandat de co-directrice à l’Autorité de protection ne résonne plus comme un pavé dans la mare. Mais comme une claque à l’égard du Parlement.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

La démission d’Alexandra Jaspar ne résonne même plus comme un pavé dans la mare. Car les faits (la non-indépendance de l’APD) ont été établis dans plusieurs rapports. Et clairement exposés dans la procédure en infraction grave au RGPD (Règlement général sur la protection des données) lancée par la Commission à l’égard de la Belgique. Le courrier de la lanceuse d’alerte n’est donc pas une surprise. Mais une claque. A l’égard d’un Parlement pris en flagrant délit d’inaction. Qui choisit en âme et conscience de ne pas appliquer la loi.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Moreau Michel, mardi 14 décembre 2021, 11:32

    Merci M. Laloux, avec beaucoup de retard, pour cette parfaite synthèse des dérapages, forfaitures et manœuvres de diversion qui défigurent l'APD. La démission de Mme Jaspar est évidemment, pour ceux qui se soucient de l'état de droit, une triste nouvelle. Juriste intègre, aux avis remarquablement étayés et exposés, qui a déployé toute son énergie et son savoir pour assurer à son institution un fonctionnement conforme à sa mission fondatrice, son départ marque l'effondrement d'un rempart de plus pour nos libertés constitutionnelles : combien restent encore debout, pour combien de temps, et quel renfort attendre de l'Europe ? Ceci d'autant plus que la séquence longue démontre, en plus de l'insouciance inexcusable des élus et de l'hypocrite incompétence des gouvernants, la volonté implacable des pilotes réels (visibles et invisibles) de maintenir la dérive, convaincus qu'ils sont que leur soi-disant 'efficacité' les exonère totalement du respect des lois. Ils revendiquent ainsi leur " Entscheidungsmonopol" comme l'a nommé Carl Schmitt, leur droit souverain à décider en situation d'exception : "Souverän ist, wer über den Ausnahmezustand entscheidet." Et comme l'exception est aujourd'hui devenue la règle, ils ont de beaux jours devant eux... Ceci dit, le plus dramatique reste encore l'indifférence de la majorité des citoyens...

  • Posté par Fonder Daniel, mercredi 8 décembre 2021, 17:06

    Ce ne sont pas les bonnes personnes qui ont démissionné…. Alors …. Il faut démissionner les autres de leurs fonctions dans l’administration et autres SMALS …

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs