Accueil Sports Athlétisme

Cédric Van Branteghem, nouveau directeur du COIB

Le directeur du Mémorial Van Damme succédera à Philippe Vander Putten comme CEO du Comité olympique et interfédéral belge. Il entrera officiellement en fonction le 1er mars 2022.

Temps de lecture: 3 min

Après avoir accueilli Jean-Michel Saive comme nouveau président à la succession de Pierre-Olivier Beckers en septembre, le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) tient son nouveau directeur. C’est Cédric Van Branteghem qui prendra le fauteuil de Philippe Vander Putten dans les prochaines semaines. Ce dernier avait annoncé en avril qu’il souhaitait quitter ses fonctions après les JO d’hiver de Pékin (4-20 février 2022).

À 42 ans, l’ancien athlète et ex-recordman de Belgique du 400 m va ainsi prendre un nouveau virage dans sa carrière professionnelle, quatre ans à peine après avoir été propulsé à la tête du Mémorial Van Damme, où il avait remplacé Wilfried Meert. Ce dernier qui, à 76 ans, va devoir assurer l’intérim de son ancienne fonction, a été l’un des premiers à se réjouir de la nomination du Gantois.

« C’est une superbe promotion pour Cédric », dit-il. « Je lui avais dit que c’était une aubaine qu’il ne devait pas laisser passer. Avec Jean-Mi, il va former, j’en suis sûr, un super duo qui va créer un dynamisme dans le sport belge. Quant à son remplacement au Mémorial, nous avons un peu de temps pour y penser. »

La nomination de Van Branteghem, qui n’a pas le CV qu’avait Vander Putten, qui avait dirigé quelques grandes entreprises belges comme Proximus ou Brussels Airlines à son arrivée à l’avenue de Bouchout, peut surprendre mais elle s’explique dans la volonté du CA de confier la gestion quotidienne du COIB à un ex-sportif de haut niveau qui pourra former ainsi un tandem complémentaire avec Saive. Le fait qu’il soit néerlandophone à côté d’un président francophone était également un avantage.

Un choix validé à l’unanimité

« Je suis terriblement motivé par cette nouvelle aventure et à l’idée de travailler avec Jean-Mi avec lequel je m’étais entretenu après son élection », indique le futur CEO. « Je vais retrouver cet « esprit olympique » et je suis motivé à l’idée de me mettre au service des anneaux et de construire quelque chose avec nos partenaires. J’ai décidé de poser ma candidature entre les Jeux et le Mémorial en me disant que le train ne passe qu’une fois pour ce type de fonction. Le choix a pris pas mal de temps ; je n’ai eu l’assurance de ma nomination que la semaine passée. Elle devait encore être validée par le conseil d’administration ce mardi soir, ce qui a été fait à l’unanimité, m’a-t-on dit. »

Parfait quadrilingue (néerlandais, français, anglais, suédois), bachelier en sciences économiques appliquées de l’UGent, Van Branteghem, qui avait entamé sa reconversion dans l’entreprise familiale Edan (software), avait ensuite rejoint l’agence Golazo, propriétaire du Van Damme, avant d’assurer la direction du plus grand meeting d’athlétisme belge, reconnu également comme l’un des meilleurs du circuit international.

S’il n’entrera officiellement en fonction que le 1er mars prochain, il devrait rejoindre son nouveau bureau dès le mois de février pour que son prédécesseur puisse assurer au mieux la transition avec lui.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Athlétisme

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir