Accueil Culture Musiques

Quincy Jones: «Aimer, rire, donner»

Quincy Jones, c’est le grand sorcier de la musique noire américaine des années 60 à 80. Dans ses « Mémoires », il se raconte, anecdotes et philosophie de vie comprises.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

Q uand je jouais, mes cauchemars cessaient, mes soucis familiaux s’envolaient et je trouvais les réponses à mes questions dans le pavillon de ma trompette et mes partitions griffonnées au crayon. » Quincy Jones le dit dans ses Mémoires, parues en 2001 aux Etats-Unis, publiées en français en 2003 chez Robert Laffont et rééditées au Cherche Midi.

Il a 88 ans aujourd’hui l’artiste. Et, lui qui a toujours été de l’avant dans toute sa carrière musicale, il reste hyperactif et regarde toujours vers demain. Dans la postface qu’il a écrite il y a deux mois à cette réédition française, il dit s’en tenir à ses deux devises favorites : « Vide ton verre chaque matin, tu en auras deux pleins le lendemain » et « Aimer, rire, vivre et donner ». Et il ajoute : « Après 88 ans sur cette Terre, je vous garantis qu’il n’en faut pas plus. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs