Accueil Opinions Cartes blanches

Qui nous soignera quand il n’y aura plus d’infirmières et d’infirmiers?

La lettre ouverte de deux médecins réanimateurs plaide pour une amélioration urgente des conditions de travail du personnel soignant. Au cas contraire, c’est tout le système de santé qui pourrait s’écrouler.

Carte blanche - Temps de lecture: 4 min

Nous avons vécu la pandémie du covid aux soins intensifs, en première ligne, depuis bientôt 2 ans.

A la première vague du covid, les gens applaudissaient dans la rue.

A la deuxième, les gens n’en pouvaient plus, et certains se sont retournés contre le corps soignant pourtant à genoux, jugé responsable des contraintes de plus en plus mal vécues, tant par les adultes que par nos jeunes, et nous les comprenons.

A la troisième vague, nos infirmier(e)s ont commencé à craquer, les un(e)s après les autres. A réduire leur temps de travail, ou à démissionner. Quand vous devez faire 6 week-ends d’affilée, affronter jour et nuit la souffrance des gens, supprimer votre sport, que vous ne voyez plus votre propre conjoint, que vous devez remballer vos enfants car vous devez dormir un peu avant de repartir, nous les comprenons. Face à l’épuisement physique des équipes, on a aussi dû commencer à faire des choix thérapeutiques : Qui admettre aux soins intensifs ? Qui retourner sur le ventre ? Qui assister par nos machines de la dernière chance ? Sans parler des drames humains vécus au quotidien, en pleine face, dans le désintérêt général.

A la quatrième vague, on apprend qu’on va remodeler les salaires des infirmier(e)s mais sans les valoriser de manière significative, alors que la formation est passée à 4 ans, et que dorénavant la revalorisation due à leur éventuelle année de spécialisation sera supprimée. Résultat ? Les écoles d’infirmières se vident déjà en première année. De moins en moins d’étudiants envisagent de faire la cinquième année de spécialisation à la fin, ni de travailler dans une unité classique d’hospitalisation.

Lors de ces deux dernières années, nous avons tous pu constater le dévouement héroïque du corps infirmier, sans lequel nous ne serions jamais passés à travers cette crise. Il mérite toute notre reconnaissance. De notre point de vue de médecins, sans ces hommes et ces femmes, les hôpitaux s’écroulent. Il est urgent pour eux d’obtenir une vraie revalorisation salariale, d’augmenter les effectifs car la norme d’encadrement « une infirmière pour 3 patients » aux soins intensifs la plupart du temps n’est pas soutenable, et de reconnaître que oui, c’est un métier pénible, qui autorise une retraite anticipée.

Trois mesures fortes

Chers citoyens, demandons-nous qui va encore nous soigner quand ce sera notre tour ? Si ce n’est pas déjà le cas de nos proches ? Réalisons-nous que derrière ces infirmier(e)s, il y a les patients, il y a nous-même ?

Chers médecins, soyons tous plus que jamais solidaires du corps infirmier.

Chers hommes politiques, nous vous demandons de faire ce que vous clamez haut et fort depuis le début, qu’il est urgent de tirer les leçons de cette crise, qu’il faut remettre les priorités sur les choses essentielles, comme l’enseignement et la santé.

Concrètement, il est urgent de prendre 3 mesures politiques fortes : adapter la norme d’encadrement aux soins intensifs à un infirmier pour 2 patients en permanence ; revaloriser le salaire net de tous les infirmiers de l’ordre de 25 % (alors qu’il est bien inférieur à celui d’autres métiers accessibles sans études supérieures) pour générer une vraie attractivité ; et reconnaître la pénibilité de leur métier, permettant ainsi une pension anticipée et un maintien des infirmiers en fonction.

Contrairement au message véhiculé par les médias, la manne budgétaire de 500 millions libérée par le ministère de la santé n’a permis aux hôpitaux que d’engager des aides-soignantes dans les étages, vu la pénurie des infirmiers, et d’appliquer le protocole IFIC (institut de classification des fonctions), lequel supprime les titres et qualités ! Il n’y a aucune aide concrète aux premiers concernés, ou alors dérisoire pour les plus chanceux d’entre eux. Sans geste fort, sans infirmiers revalorisés et mieux reconnus, c’est la pénurie exponentielle d’infirmiers. Et c’est alors tout notre système de santé qui risque de s’écrouler. C’est la qualité des soins qui va directement en pâtir. Et nous tomberons dans la médecine à deux vitesses, avec les meilleurs soins réservés aux riches, dans des cliniques privées, encore seules capables de s’arracher les derniers infirmiers diplômés.

« Une nation ne doit pas être jugée selon la manière dont elle traite ses citoyens les plus éminents, mais ses citoyens les plus faibles » disait Nelson Mandela.

À lire aussi Quand le politique signe la mise à mort de la profession infirmière À lire aussi Wanted infirmières, désespérément

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Marie Thérèse DECK, mardi 14 décembre 2021, 15:41

    Je lis bien les mesures suggérées par ces 2 médecins, et je suis d'accord qu'il y a des mesures urgentes à prendre..là où je ne peux approuver c'est quand on parle de revoir les normes pour les soins intensifs et les revaloriser... il faut revoir les normes en effet mais de tous les services et 24h sur 24...l'hôpital n'est pas fait que de soins intensifs et il faut du personnel en suffisance dans tous les services , de jour comme de nuit car non la nuit les malades ne dorment pas , il y a des soins à prodiguer et des surveillances à avoir .. une infirmière pour 30 patients est totalement insuffisant ..autrement , on pourra hospitaliser tous les patients en soins intensifs quand il n'y aura plus de personnel dans les autres unités

  • Posté par Kabbedijk Irène, vendredi 10 décembre 2021, 12:42

    Cette situation ne date pas d'hier. Il y a déjà des années, j'ai dû amener ma mère (entretemps décédée) nonagénaire aux urgences à plusieurs reprises. A chaque fois il a fallu patienter de longues heures. A une occasion, après examen, il avait été décidé de la garder en observation. Durée d'attente pour un lit? Environ huit heures! Ayant travaillé longtemps dans l'aviation, je peux faire un parallèle : je sais très bien qu'il ne s'agit pas uniquement du meuble mais également du personnel pour prendre soin de l'occupant. Dix ans plus tard la situation n'a apparemment pas évolué dans le bon sens, bien au contraire. Voilà à quoi mènent les coupes claires mal ciblées : santé, protection civile (juillet!), enseignement etc. Malheureusement c'est toujours le citoyen lambda qui trinque, les décideurs ayant les moyens de pallier les manques engendrés. De tout coeur avec le personnel soignant!

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une