Accueil Monde Asie-Pacifique

Wikileaks: Moscou juge «honteux» l’annulation du refus d’extrader Julian Assange

La décision est tombée vendredi, la Haute Cour britannique annule le refus d’extrader le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, vers les États-Unis.

Temps de lecture: 2 min

La Russie a dénoncé vendredi la décision de la justice britannique d’annuler en appel le refus d’extrader vers les Etats-Unis le fondateur de Wikileaks Julian Assange, que Washington veut juger pour une fuite massive de documents.

« Cette décision honteuse dans une affaire politique contre un journaliste et une personnalité publique est une nouvelle illustration de la vision du monde cannibale du tandem anglo-saxon », a affirmé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, sur son compte Telegram. « L’Occident a fêté dignement la Journée internationale des droits humains (le 10 décembre, ndlr) et la fin du +Sommet pour la démocratie+ », a-t-elle ironisé, en référence à un sommet virtuel organisé par le président américain Joe Biden qui s’achève vendredi.

Moscou prend régulièrement la défense de Julian Assange, qu’elle présente comme un champion de la liberté de la presse.

Les États-Unis lui reprochent d’avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan.

En 2016, à un moment-clé de la campagne présidentielle américaine, Wikileaks avait également publié des milliers de courriels piratés de l’équipe de la candidate démocrate Hillary Clinton, ce qui a contribué à sa défaite face à Donald Trump.

Cet épisode a alimenté les soupçons de collusion entre Moscou et M. Assange, qui a par ailleurs collaboré régulièrement avec la chaîne de télévision RT, propriété du Kremlin.

> Ricardo Gutiérrez : « On ne défend pas M. Assange, on défend la liberté de la presse »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, dimanche 12 décembre 2021, 12:17

    On pourrait prendre cette prise de position du pouvoir russe avec détachement et se contenter de dire: "C'est l'hôpital qui se moque de la charité." Toutefois, avec en mémoire l'interview de certain romancier dans le journal d'hier, on est nettement moins enclin à rire.

  • Posté par Desmet Marc, samedi 11 décembre 2021, 0:31

    Coupable? ou pas?, mais le Tsar du KGB "élu" à vie, qui donne des leçons de démocratie et de liberté de presse... Voici du surréalisme à la Russe!!!

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 11 décembre 2021, 9:12

    Comme d'habitude, le "culot monstre" (euphémisme) du "Tsar" poutine...

  • Posté par Guiot Philippe, vendredi 10 décembre 2021, 14:38

    Vladi, la communauté internationale estime plus que honteux de masser des troupes aux frontières de l'Ukraine, après avoir annexé le Donbass et la Crimée ! ! !

  • Posté par Sergeant Philippe, vendredi 10 décembre 2021, 13:43

    Et il sait de quoi il parle. Il n'y a qu'à voir comment il traite ses propres prisonniers politiques...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une