Accueil Culture Arts plastiques

Jean Rustin, la caresse de la peinture

Le Salon d’art propose un parcours dans l’œuvre singulière de Jean Rustin qui ne cessa de peindre des corps vieillis et solitaires avec un mélange de lucidité et de tendresse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Jean Rustin né en 1928 près de Metz et mort à Paris en 2013 a peint les hommes et les femmes rattrapés par l’âge, fragiles, souvent nus, tels qu’il les a entrevus dans les hôpitaux psychiatriques que dirigeait son épouse Elsa. Dérangeants ? Oui, sans doute, tant la transparence de leur comportement, leur sexualité solitaire, la frontalité directe du point de vue du peintre ne cachent rien de la fatigue et du désarroi des corps exposés. Quête picturale difficile, délicate, souvent décriée pour sa lucidité sans fard, elle a donné naissance à de très beaux tableaux et dessins peu exposés en France, parfois bêtement jugés voyeuristes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs