Accueil Belgique Politique

Grand Baromètre: le PS décroche à Bruxelles mais redécolle en Wallonie

D’après le Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-Het Laatste Nieuws-VTM, le parti socialiste fait le grand écart entre les deux Régions.

Temps de lecture: 3 min

A Bruxelles, le PS dégringole, puisqu’il n’est plus pointé qu’à la troisième place, loin derrière Ecolo et le MR. Surtout, les socialistes sont ex æquo avec le PTB. Une contre-performance de taille, qui ne profite à personne : Ecolo, Défi et le PTB affichent un score stable, le MR est en recul.

A deux ans et demi des élections, il y a fort à parier que ce recul socialiste et cette bonne santé écologiste crisperont encore davantage la majorité régionale, déjà divisée, ces derniers mois, sur les dossiers des taxis, des signes convictionnels, et de l’abattage rituel. Les deux partis, même s’ils s’en défendent, n’ont en réalité pas cessé, depuis le scrutin de 2019, de se poser en rivaux pour le leadership bruxellois. Une bataille qui risque de s’intensifier, au fur et à mesure que la campagne électorale de 2024 se rapproche.

A noter que le CDH se hisse, dans ce Grand Baromètre, juste au-dessus du seuil électoral (mais faut-il rappeler que la marge d’erreur, pour Bruxelles, est de 4,5 ?).

Au hit-parade des personnalités, Sophie Wilmès reprend la première place à Alexander De Croo, Paul Magnette complète le podium.

Wallonie : MR et surtout PS s’envolent

En Wallonie, deux des trois partis francophones participant au pouvoir au fédéral, mais aussi en Région et à la Fédération Wallonie-Bruxelles, semblent avoir le vent en poupe. C’est le cas du MR qui passe de 20,3 à 22,3 % dans les intentions de vote, mais surtout du PS qui grimpe en flèche de 21,4 à 24,9 %, un score qui était déjà le sien en juin dernier.

En sièges, le résultat est plus mitigé : les libéraux en gagnent deux alors que les socialistes en perdent deux, sans doute en faveur du PTB qui en gagne trois par rapport au scrutin de mai 2019.

Le PTB qui se maintient au-dessus de la barre des 18 % alors que le CDH, lui aussi dans l’opposition à tous les niveaux de pouvoir plonge sous la barre symbolique des 10 % d’intention de vote, avec 8 % à peine. Reste Ecolo, lui aussi associé à toutes les majorités, mais qui stagne et affiche même un recul au sud du pays : 15,5 % contre 16,7 lors de notre précédent sondage

Du côté des personnalités les plus populaires, le trio de tête reste inchangé : Sophie Wilmès, Alexander De Croo et Paul Magnette.

La Flandre en rouge et noir

Plus que jamais, le Vlaams Belang caracole en tête des intentions de vote en cette fin d’année. Avec 24,5 %, il améliore son résultat de septembre de 0,9 point et de 5,8 points par rapport au scrutin de mai 2019. Une progression qui ne s’effectue pas au détriment de la N-VA, puisque les nationalistes enregistrent une légère hausse par rapport à la rentrée : 21,6 % (+0,4 point). Les troupes de De Wever restent toutefois en deçà de leur performance électorale de mai 2019, quand ils avaient capté 25,5 % des suffrages correctement exprimés. L’autre grand gagnant du dernier trimestre 2021, c’est Vooruit. Les socialistes flamands passent de 12,3 à 13,9 % en trois mois. Et la hausse est plus spectaculaire encore par rapport aux dernières élections, où ils avaient obtenu 10,8 %. Un succès que l’on peut attribuer à l’image positive de Frank Vandenbroucke. Au nord du pays, le ministre fédéral de la Santé recueille 51 % d’opinions favorables (+ 4 points), ainsi qu’à celle de son président, Conner Rousseau (51 %, +2), qui le talonne sur le podium.

A l’inverse, l’Open VLD ne profite guère de la popularité d’Alexander De Croo. Même en perte de 5 points, le Premier ministre reste le chouchou des Flamands (56 %), alors que son parti ne recueille que 10,3 % d’intentions de vote (-1,1 point).

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par De Clercq Jean-Pierre, lundi 13 décembre 2021, 14:34

    Et oui, toutes les crises , profitent au PS. La facture sera lourde pour les non-profiteurs, mais tous les autres continueront à voter PS , qui , avec l’aide de la FGTB, continue à entretenir un chômage wallon institutionnel. Di Rupo était présent lors de la remise des déshumidificateurs BOELS, lors de la pose séduction pont provisoire sur la Vesdre, et tout ça pour montrer que le PS est là pour aider les nécessiteux avec l’argent de ceux qui paient leurs impôts !

  • Posté par Raurif Michel, dimanche 12 décembre 2021, 14:18

    Malgrès soixante ans de tribunaux pour le P$, pour corruptions, vols, déroutements, escroqueurs et j'en passe, le bon peuple votera à nouveau pour les socialistes !! Quand on vous dis que le peuple n'a pas de mémoire, en voilà la preuve !!!!

  • Posté par de liedekerke pierre, samedi 11 décembre 2021, 13:34

    une bombe en politique, vous....

  • Posté par d dsti, samedi 11 décembre 2021, 12:44

    Déménager en Flandre, dites-vous. Je le vois déjà : les pensionnés aisés se domicilient à la mer (moins de droits de succession), et les actifs achètent des appartements dans les communes à facilités "au cas où la fiscalité serait intenable en Wallonie". Il serait temps qu'en Wallonie on arrête "l'entreprise bashing" et que les hommes politiques au lieu de défendre les assistés mettent en valeur l'entreprenariat.

  • Posté par J.-M. Tameyre, samedi 11 décembre 2021, 19:34

    Il y a un excellent article sur la dette wallonne dans l'Écho de ce jour avec un tableau explicatif des dépenses et des recettes. En gros, la dette s'accélère et est déjà intenable. Par contre, aucun article dans Le Soir sur les vraies raisons du déménagement de Logistics Nivelles 50 kms plus loin, en Flandre, ni sur le "redressement" de la Wallonie analysé ce 11/11 dans les colonnes de La Libre.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une