Accueil Monde Proche-Orient

Proche-Orient: «Je suis un traître et fier de l’être»

Il est le poil à gratter par excellence du gouvernement israélien et « traître à la patrie ». Rencontre avec le dirigeant de l’ONG israélienne B’Tselem, un apôtre de la rectitude, isolé dans son propre pays.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

Trois syllabes qui suffisent à hérisser le poil des défenseurs d’Israël. B’Tselem agace et ne s’arrête jamais. L’ONG israélienne publie régulièrement des rapports incendiaires contre les violations de l’Etat hébreu à l’encontre des Palestiniens. Suffisant pour être considéré comme « traître à la patrie » dans son propre pays. Les menaces, les lois baillons ne suffisent pourtant pas à faire taire B’Tselem. Hagai El-Ad, son dirigeant, était de passage à Bruxelles la semaine dernière. Il a rencontré des parlementaires belges, ainsi que des représentants européens. Et Le Soir.

Récemment, plusieurs attaques au couteau ont eu lieu dans les rues de Jérusalem. Comprenez-vous la peur constante qui peut être ressentie par les Israéliens ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs