Accueil Monde

Les dirigeants du «Partenariat oriental» de l’UE en quête de soutien à Bruxelles

Les six du partenariat ne sont plus que cinq, depuis que Minsk a déserté. Mais l’UE cherche toujours à arrimer les trois les plus europhiles du groupe : Ukraine, Géorgie, Moldavie. Sommet à Bruxelles ce mercredi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

C’est dans le contexte hyper-tendu des bruits de bottes à la frontière entre la Russie et l’Ukraine, que les leaders Européens reçoivent ce mercredi à Bruxelles les dirigeants des pays du « partenariat oriental » de l’UE. Dont le président ukrainien, son homologue moldave et le Premier ministre géorgien : trois des six pays de ce partenariat, « stratégique » mais malmené par le Kremlin, ont conclu en 2014 un accord d’association politique avec l’UE, couplé à un accord de libre-échange approfondi. Ils aspirent, à terme, à adhérer à l’UE. Ce que l’UE « reconnaît » – sans autre promesse. Deux autres, l’Azerbaïdjan et l’Arménie sont en conflit et n’ont pas franchi ce pas, tandis que le dernier, la Biélorussie, a carrément suspendu sa participation depuis que l’UE soutient les aspirations démocratiques de la population face au dictateur Loukachenko, que le Kremlin maintient dans son giron.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs