Accueil Société

Prisons: le contexte du covid et la «guerre contre les drogues» ont fait exploser la surpopulation

La surpopulation structurelle qui plombe les prisons belges connaît une accentuation depuis septembre. Plusieurs bourgmestres ont réagi. La situation est particulièrement critique à Anvers. Les arrestations menées en marge de l’opération antidrogue Sky ECC n’y sont pas étrangères.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Mons, Saint-Gilles, Nivelles… Les bourgmestres de ces trois communes sur lesquelles se trouvent d’importantes prisons ont successivement pris, depuis le début du mois de novembre, des arrêtés visant à limiter la population carcérale sur leur territoire. D’autres ne l’ont pas encore fait, mais ne sont pas loin de passer à l’acte. C’est notamment le cas du maïeur socialiste Paul-Olivier Delannois, qui après avoir constaté sur place de l’état de surpopulation et de délabrement de « sa » prison à Tournai, a adressé un ultimatum au ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD), le menaçant de prendre un arrêté similaire à partir du 20 décembre en cas d’absence de mesures visant à améliorer la situation. Côté flamand, les autorités ne sont pas en reste, notamment à Anvers. La gouverneure de la province, Cathy Berx et le bourgmestre Bart de Wever (N-VA) ont également entamé des discussions avec l’autorité fédérale sur ce point.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 15 décembre 2021, 16:13

    Outre une surpopulation carcérale endémique, contre laquelle aucun ministre n'a trouvé de réponse en termes d'infrastructure jusqu'à présent, il y a le très inquiétant arriéré judiciaire, qui contraint dans de trop nombreux cas à incarcérer des prévenus en détention préventive. Une réforme de la justice devrait attaquer de front la capacité carcérale, et les moyens à attribuer à la justice pour être rendue dans des délais raisonnables. Mais ici, comme pour la santé, les transports ou la poste, le désinvestissement aura été à la mesure des politiques de privatisation plutôt que de renforcement du service public. Ce plus, ce sont souvent des domaines politiquement peu rentables. De là à dire que la politique s'en fout, il n'y a qu'un pas... que je n'hésiterai pas à franchir allègrement.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs