Accueil Congo Hold up

Congo Hold-up: comment un demi-milliard s’est évaporé des mines

La Gécamines, société minière publique de la RD Congo, a versé 530 millions de dollars d’« avances fiscales », dont l’Inspection générale des finances n’a pas retrouvé la moindre trace sur les comptes de l’Etat. Nous avons pu documenter que des millions ont bien été détournés, dont une partie en liquide.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 19 min

En République démocratique du Congo, ils ont été pendant dix ans les maîtres de l’argent, et les financiers occultes de la famille de l’ancien président Joseph Kabila. Deogratias Mutombo dirigeait la Banque centrale depuis 2013. Albert Yuma présidait la société minière d’Etat Gécamines depuis 2010, mais aussi le patronat congolais, le comité d’audit de la Banque centrale, et plusieurs entreprises privées.

Les deux hommes étaient si puissants qu’ils semblaient intouchables, y compris après le départ de Joseph Kabila en janvier 2019. Il a fallu près de deux ans avant que le nouveau président Felix Tshisekedi ne provoque leur chute.

Deogratias Mutombo et Albert Yuma ont d’abord perdu leurs postes à la Banque centrale du Congo (BCC) en juillet 2021, suite aux pressions du FMI et à l’affaire Egal – cette entreprise d’importation alimentaire, présidée par Yuma, a obtenu 43 millions de dollars détournés des caisses de la Banque centrale.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, dimanche 9 janvier 2022, 14:45

    Ces articles "Congo" vont tapisser les écrans pendant des mois ??

  • Posté par Martin Roland, samedi 25 décembre 2021, 17:35

    Le peuple congolais restera pauvre encore pour très longtemps.

  • Posté par Istasse Bernard, dimanche 19 décembre 2021, 18:27

    Que Kabila et ses affidés, dont vraisemblablement Yuma, aient détourné des millions d'euros, cela se savait et se voyait bien avant Congo Hold-up. Concernant cette enquête, elle est caractérisée par une rédaction cafouilleuse en français souvent de qualité primaire et par un manque total d'ordre et une absence effrayante de cartésianisme.

Aussi en Congo Hold up

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs