Accueil Société Enseignement

Fusion des universités: l’UCLouvain et Saint-Louis ne comprennent pas le refus du gouvernement

Le gouvernement de la Fédération s’est penché jeudi sur un projet de décret permettant cette fusion, rédigé par la ministre Glatigny, mais aucun accord n’a pu être trouvé sur le texte entre partenaires de la majorité.

Temps de lecture: 2 min

L’UCLouvain et l’Université Saint-Louis ont exprimé vendredi leur « incompréhension » face au refus du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de leur permettre de fusionner officiellement, comme elles l’ont pourtant décidé en 2017.

« Ce refus est incompréhensible parce qu’une fusion permettrait une utilisation plus efficace des moyens publics alloués aux deux universités, d’améliorer le soutien aux personnels et aux étudiants et de renforcer le positionnement européen des institutions », insistent les deux universités dans un communiqué commun.

Celles-ci soulignent que l’absence d’accord au sein du gouvernement empêche d’apporter aux chercheurs, enseignants, personnels et étudiants des deux universités tous les bénéfices d’une fusion, qui dans les faits est déjà une réalité.

Les deux universités rappellent qu’aucun financement complémentaire n’a jamais été sollicité en raison de leur fusion, et qu’aucune demande d’ouverture de nouvelle formation n’est formulée.

Le projet de fusion entre les deux institutions avait suscité sous la précédente législature pas mal de tensions dans le monde académique, l’ULB voyant d’un assez mauvais œil la perspective d’une présence plus importante de l’UCLouvain en région bruxelloise.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, vendredi 17 décembre 2021, 23:48

    Ben voyons. On irait chasser sur les terres de la minablissime ULB... Vous voyez les gauchos tolérer ça, vous?

  • Posté par Giuseppa Aviara, vendredi 17 décembre 2021, 22:06

    Majorité alternative au parlement ? Le CdH devrait forcer le vote sur sa proposition de loi...

  • Posté par Drumberg Benoit, vendredi 17 décembre 2021, 18:50

    Ils ne comprennent pas ? Les Francs Macs sont tous simplement derrière! Pas très difficile à comprendre ?

  • Posté par Fonder Daniel, vendredi 17 décembre 2021, 18:29

    Il y a le lobby ULB derrière tout cela. C'est minable. Combien d'université à Boston ? Combien proches de Londres ? La logique géographique n'a pas de sens dans un petit pays, Par contre, une instance comme l'Ares qui évite que chaque université se disperse, maintienne des parcours au public rikiki, c'est nécessaire et cela doit se répercuter au niveau de la subsidiation. Ici, dans cette affaire, il y a plus. Le sectarisme de l'ULB trouve des relais politiques pour un protectionisme de mauvais aloi.

  • Posté par Fonder Daniel, vendredi 17 décembre 2021, 18:29

    Il y a le lobby ULB derrière tout cela. C'est minable. Combien d'université à Boston ? Combien proches de Londres ? La logique géographique n'a pas de sens dans un petit pays, Par contre, une instance comme l'Ares qui évite que chaque université se disperse, maintienne des parcours au public rikiki, c'est nécessaire et cela doit se répercuter au niveau de la subsidiation. Ici, dans cette affaire, il y a plus. Le sectarisme de l'ULB trouve des relais politiques pour un protectionisme de mauvais aloi.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une