Accueil Opinions Cartes blanches

Lettre ouverte d’un Juif à la justice de son pays

Ce 10 décembre, la cour d’appel de Bruxelles a acquitté un fonctionnaire européen de la prévention d’incitation à la haine, tout en maintenant la condamnation pour coups et blessures à caractère antisémite. Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme, estime que « la loi contre le racisme serait vidée de toute portée » et exprime sa profonde préoccupation.

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Chère justice de mon pays,

Je veux croire encore en toi sans quoi je ne prendrais pas la peine de t’écrire. Je suis très inquiet à la lecture d’un arrêt de la cour d’appel de Bruxelles du 10 décembre 2021, et je voudrais te le dire, avec respect mais sans concession.

« Sale Juif ! Vous les Juifs auriez dû tous être tués ».

Selon cet arrêt, la loi permet que l’on tienne publiquement ces propos car ceux-ci, même tenus en public, n’inciteraient pas à la haine. Je sais, cela paraît incroyable. Mais c’est vrai[1].

La cour d’appel devait juger d’une agression contre une dame commise le 16 juillet 2015 par un certain S. G., haut fonctionnaire européen. S. G., ivre lors d’une soirée dans un bar, avait violemment frappé la victime et tenté de l’attraper par le cou, tout en la traitant de « sale Juive » et en lui disant « vous auriez (vous les Juifs) tous dû être tués ».

La cour d’appel reconnaît que l’agression a bien eu lieu, et condamne S.G. pour l’avoir commise. Elle reconnaît aussi que ces propos ont été tenus et décide en conséquence que l’un des mobiles de l’agression est la « prétendue conviction religieuse de la victime », à savoir, son appartenance supposée à la communauté juive.

En revanche, selon la cour, les propos tenus par S.G. « ne constituent pas un encouragement, une exhortation ou une instigation de quiconque et ne constituent dès lors pas une incitation » à la haine ou à la violence. Il est donc acquitté de ce fait.

L’arrêt a ainsi une portée de principe : on aurait le droit en Belgique de dire publiquement à quelqu’un « sale Juif » et de regretter que les Juifs n’aient pas « tous » été exterminés, sans que cela constitue une infraction à la loi pénale. Et cela au motif, tout à fait incompréhensible, qu’en regrettant que tous les Juifs n’aient pas tous été exterminés, on n’inciterait pas à la haine contre les Juifs.

A suivre une telle décision, la loi contre le racisme serait vidée de toute portée. Seule serait encore réprimée l’incitation directe et explicite à exterminer les Juifs (ou toute autre minorité) : « vous devez tuer les Juifs ». Toute autre formulation à peine moins explicite, telle que « les Juifs ne méritent pas de vivre », « Hitler aurait dû finir le travail », serait permise par la loi car elle ne comporterait pas d’incitation.

Chère justice de mon pays, tu permettras que le Juif que je suis te fasse part de sa profonde préoccupation.

En Belgique, et plus généralement en Europe, l’antisémitisme tue. Et le passage à l’acte est causé par l’incitation à la haine. Tout le monde sait cela, et toutes les études le montrent. La loi belge est censée nous protéger, nous les Juifs comme toutes les autres minorités, de l’incitation à la haine ou à la violence dont nous sommes régulièrement les victimes.

Hélas, de bonnes lois ne suffisent pas à la justice. Il y faut aussi des juges pleinement conscients de leur rôle dans ce combat. La protection donnée par la loi est-elle vraiment effective ? J’y croyais fermement, sans quoi je ne me serais pas lancé dans un combat, notamment judiciaire, contre l’antisémitisme. Voici quelques expériences qui m’ont amené à douter de mes convictions.

– Il y a quelques années, il fut décidé par la cour d’appel de Bruxelles que les Juifs ne disposent pas d’un intérêt personnel à se plaindre de l’incitation à la haine antisémite ; ils ne seraient donc pas plus concernés que les autres par l’antisémitisme[2].

– Lorsqu’un cafetier publie « Juifs interdits, chiens autorisés » sur la vitrine de son café, cela ne justifie pas de poursuites pénales. Une médiation est proposée par le parquet de Liège, comme si un moyen terme pouvait être trouvé entre les Juifs et les antisémites[3].

– Lorsque je dépose plainte parce qu’un individu me harcèle en me traitant de « yup », pour « youpin », et me dit aimer les fours, les nazis et le négationniste Faurisson, le parquet de Bruxelles classe sans suite[4].

– Aucune suite judiciaire non plus, jusqu’à présent, contre les manifestants islamistes qui, à Bruxelles, scandent régulièrement « Khaybar, khaybar, Ya ya’ud, jaysh Muhammad sawfa ya’ud », ce qui est, en Arabe, une incitation au meurtre des Juifs[5].

– Pas de suite judiciaire non plus lorsqu’un échevin est traité publiquement de « sale Juif » lors d’une manifestation à Verviers[6].

– Pas de poursuites judiciaires non plus suite à la plainte déposée contre Me Jean-Marie Dermagne, avocat, ancien bâtonnier, qui évoque sur internet les « sempiternelles organisations (qui dictent au monde entier le bien et le mal) de défense des adeptes de la religion juive », qui qualifie globalement les Israéliens, sans aucune autre précision, d’« assassins », de « nouveaux nazis », de « vrais maîtres du monde », qui écrit que « les médias [sont la] propriété à 75 % du lobby pro-israélien » et qui publie un montage conspirationniste à propos de la banque Rothschild[7].

Chère justice de mon pays, oui tu es chère à mon cœur car tu es la seule institution à désigner aussi une vertu. Celle-ci est au centre de l’éthique juive selon la tradition. Or je ne te reconnais plus. Es-tu encore juste ? Je voudrais continuer à croire en toi. Je voudrais que tu sois à mes côtés contre la haine. Cesse d’être indifférente. Ressaisis-toi. Vois la haine pour ce qu’elle est, poursuis-la, et condamne-la.

Joël Rubinfeld

Président de la Ligue belge contre l’antisémitisme

[1] Le texte complet de l’arrêt sera bientôt disponible sur le site de la Ligue belge contre l’antisémitisme.

[2] Bruxelles, 23 janvier 2009 ; pourvoi rejeté par Cass., 20 octobre 2010.

[3] https ://www.dhnet.be/actu/faits/chiens-autorises-juifs-interdits-l-explication-c...

[4] https ://www.dhnet.be/actu/faits/j-aime-les-fours-et-les-nazis-le-fossoyeur-d-ucc...

[5] https ://bx1.be/categories/news/des-chants-antisemites-urant-la-manifestation-de-samedi-au-centre-ville/ https ://odpnews.com/societe/2020-06-29-palestine-500-personnes-se-sont-rassemblees-pour-dire-non-a-une-annexion-jusquau-jourdain

[6] https ://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_verviers-freddy-breuwer-depose-pla...

[7] https ://www.dhnet.be/regions/namur/dinant-ciney/l-avocat-jean-marie-dermagne-dev...

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Giefvan Agathe, vendredi 24 décembre 2021, 5:15

    Je comprends que M. Rubinstein soit fâché des propos du prévenu. Mais cela ne lui donne pas raison de prétendre qu'il'y a incitation à quoi que ce soit. Je déteste les flics, mais je n'incite personne à m'imiter, pas plus que je n'incite quiconque à détester la menthe ou la lavande quand j'exprime mon dégoût, ou que je n'incite à la haine du rap parce que je l'abhorre, encore moins des rappeurs quand je dis que je n'aime pas. — M. Rubinstein et d'autres religieux souhaitent l'introduction d'un délit d'opinion. Il inverse la logique : là où le démocrate dit "une opinion ne peut pas être un délit, aussi répréhensible soit-elle", il opte pour "ce n'est pas une opinion, c'est un délit". En cela il s'exclut du consensus démocratique et je trouve indélicat de publier un texte où il insiste sur sa citoyenneté. Tout citoyen partage les valeurs de son pays.

  • Posté par Chachkoff Yann, lundi 20 décembre 2021, 6:58

    Je trouve profondément dérangeant ce type de publication dénonçant des actes de racisme envers une communauté bien précise (ici, les juifs). Ça me parait contradictoire. Ce qu'il faut, c'est dénoncer toute forme de racisme et de rejet de l'autre sur la seule base de son origine, de ses croyances, etc. Sinon, cela revient à considérer que le racisme envers sa propre communauté est un problème plus essentiel qu'envers n'importe quelle autre - ce qui n'est évidemment pas le cas.

  • Posté par J.-M. Tameyre, dimanche 19 décembre 2021, 17:10

    Il faut aussi souligner un effet subtil et pervers de la typographie de cet article. L'usage veut que les adjectifs religieux (chrétien, bouddhiste), même employés substantivement, prennent la MINUSCULE. La majuscule est parfois employée pour les gentilés (Français, Italiens, Catholiques... en tant que groupe social). Composer donc "-J-uif" ou "-M-usulman" dans "son pays" est donc presque antinomique. À force de vouloir se mettre en avant, M. Rubinfeld fout tout son discours en l'air. Voilà voilà...

  • Posté par Chalet Alain, samedi 18 décembre 2021, 23:26

    Et Rubinstein nous dit aussi "Selon cet arrêt, la loi permet que l’on tienne publiquement ces propos car ceux-ci, même tenus en public, n’inciteraient pas à la haine". Effectivement, les propos en question ne seront pas condamnés pour incitation à la haine, mais ils le seront pour antisémitisme (ou racisme, c'est bien suffisant), ce qui est effectivement leur seul côté répréhensible. Et tout cet article est rempli d'autres pseudo "injustices" du même acabit.

  • Posté par J.-M. Tameyre, dimanche 19 décembre 2021, 3:52

    Le titre "Lettre 'd'un' juif à la justice de 'son' pays" est déjà désincarné et militant. "Lettre à la justice de MON pays" aurait eu un plus grand impact. Je m'interroge donc sur la drôle de citoyenneté de M. Rubinfeld. Il me fait penser aux parents de Vincent Humbert, avec les parents duquel, catholiques intégristes, il semble partager la même vindicte procédurière et impudique. Le décompte minutieux de ses déconvenues, étalé ici, est donc sans intérêt. La justice est rendue, les recours sont épuisés et la commisération fédère rarement.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une