Accueil Opinions Éditos

Etre belge avec Bashir

« Personne – personne – ne quitte son pays sans raison », assène Bashir Abdi qui a porté la renommée de la Belgique au plus haut niveau international. Son témoignage nous renvoie à nous, les Belges d’origine, la difficulté de se sentir intégré, même quand on a « tout bon ».

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Les migrants ne sont pas que des masses comptabilisées aux frontières ou des morts anonymes dans la Méditerranée et la Manche, qu’on s’empresse d’oublier aussi vite qu’on s’est rappelé qu’ils continuaient à mettre leur vie en jeu au fil de nos jours tranquilles. Facile de caricaturer, nier ou méconnaître leur sort lorsqu’on n’est confronté qu’à leur réalité polémique ou statistique. Cela devient bien plus complexe et riche dès lors qu’un destin particulier se présente à nous.

C’est le cadeau que nous fait Bashir Abdi, médaille de bronze belge en marathon aux Jeux de Tokyo et recordman d’Europe de cette discipline. Dans notre interview « Les Racines élémentaires » ce week-end, Bashir nous – vous – raconte son histoire, qui démarre alors que, petit garçon, il fuit l’enfer de Mogadiscio, en Somalie, avec son père et ses frères et sœur, sans savoir où ils vont, sans pouvoir prévenir leur maman.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 19 décembre 2021, 13:01

    Bravo à cet homme pour avoir décroché cette médaille. Mais si nous avons besoin de ce genre de chose pour "porter la renommée de la Belgique au plus haut niveau international", c'est que nous sommes vraiment un pays complètement nul.

  • Posté par Roland Jean-Yves, dimanche 19 décembre 2021, 10:03

    Oui

  • Posté par Roland Jean-Yves, dimanche 19 décembre 2021, 10:03

    Oui

  • Posté par Thiel Jean, samedi 18 décembre 2021, 11:23

    C'est tellement vrai, Béatrice Delvaux, votre édito de ce jour. Je vous li de Cotonou, Bénin

  • Posté par Usual Suspect, samedi 18 décembre 2021, 10:46

    "Etre belge", ce n'est pas gagner des courses, ni porter un maillot aux couleurs belges, ni payer ses impôts au fisc belge : tout ça, n'importe qui peut le faire. "Etre belge", c'est respecter les lois, les cultures et les coutumes de Belgique, bref s'assimiler à l'Histoire du pays. "Etre belge", c'est donc abandonner à la frontière tout ce qui n'est pas compatible avec l'Histoire de la Belgique. Avant d'entrer en Belgique, il faut donc déposer le Coran là où il a sa place : à la poubelle.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs