Accueil Monde Europe

Royaume-Uni: «Boris Johnson est prisonnier de ses provocations anti-européennes»

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est enfoncé un peu plus dans la crise ce week-end, après la démission surprise de son ministre du Brexit, au terme d’une semaine marquée par une fronde dans son propre camp et un fiasco électoral.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Boris Johnson risque-t-il d’être chassé du 10 Downing Street en 2022 par une révolte des parlementaires conservateurs affolés par la série de scandales qui ont éclaboussé le Premier ministre ? La démission du secrétaire d’Etat au Brexit, Lord Frost, considéré comme l’un des piliers de l’aile droite de la formation au pouvoir, a aggravé la crise de confiance qui ébranle le locataire du 10 Downing Street. Alors que les tories sont aujourd’hui devancés dans les sondages par l’opposition travailliste, l’avenir même du chef du gouvernement est remis en question.

Toutefois, en dépit de ce nouveau coup dur à son autorité, Boris Johnson garde des atouts pour survivre jusqu’aux prochaines élections législatives qui doivent se dérouler au plus tard à la fin 2023, estime le commentateur politique Steve Richards, auteur du livre « The Prime Ministers » (Les Premiers ministres).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs