Accueil Culture Cinéma

Agnès Jaoui: «J’ai toujours trouvé Frédéric très ouvert»

Agnès Jaoui ne connaissait pas Frédéric Sojcher. Elle a appris à le connaître. « Il est tellement timide que c’est désarçonnant », dit-elle. « Mais au fur et à mesure, j’ai été moins désarçonnée et de plus en plus émue. »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Agnès Jaoui, qui a perdu son complice d’écriture Jean-Pierre Bacri en janvier dernier, dit que c’est le moment de tourner la page. Elle est en écriture d’une mini-série mais ne pense pas que le cinéma soit mort pour autant car elle sait que tout est cyclique. Elle a réalisé un des épisodes de la deuxième saison de la série à succès d’Arte, En thérapie, et y tient un petit rôle. Celle qui devient la nouvelle Présidente de la Cinémathèque de Toulouse, succédant à Robert Guédiguian, est doublement heureuse d’être dans la ville rose car, nous dit-elle, « Les Parisiens sont tellement autocentrés ».

Dans le livre, votre personnage est un homme. Frédéric Sojcher tenait à ce que ce rôle soit une femme…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs